Nouvelle science fiction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1869 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Il est sept heures et quarante cinq minutes » annonce une voix de synthèse presque humaine suivie d'une courte sonnerie, «  C'est l'heure de vous lever ». Aussitôt dit aussitôt fait, un petit homme aux allures de vieux et aux cheveux à la racine grisonnante sort de son lit. Il est seulement vêtu d'une longue tunique et d'un pantalon léger de toile blanche. C'est tous les matins la même chose,une routine à laquelle il a pris goût. Il tient à ses petits « rituels » : il se lève tous les jours du pied gauche sans pour autant être superstitieux, va dans la cuisine prendre son petit déjeuner, prend sa douche, s'habille et part à son travail. Une fois arrivé à son bureau, il se prépare un café, s'assoit puis peut enfin débuter sa journée.
Chaque matin à la même heure, c'est à dire huitheures et demie précises, sa secrétaire personnelle lui apporte son courrier.
« -Trois lettres pour vous, monsieur. -Merci bien, posez-les sur la table.
-N'oubliez pas de les lire, pas comme la semaine dernière !
En effet depuis quelques semaines déjà, le vieil homme est quelque peu absent, tourmenté par quelque chose qui le suit, partout où il va.
C'est très important ! lui rappelle a-t-elleencore une fois avant de s'éloigner.
Il se lève, se dirige vers le petit secrétaire près de l'entrée, prend les lettres et va s'asseoir à son bureau pour commencer sa lecture. Il y a une lettre de la banque, une autre de l'assurance maladie. La dernière vient du médecin. Il en connaît déjà le contenu, il ne prend même pas le peine de l'ouvrir donc il la jette. Il sait que c'est au sujet de samaladie.
Deux ans plus tôt, il avait appris qu’il était atteint d'une grave tumeur très avancée au cerveau. Il avait tout fait pour retarder l'échéance de l'opération, mais maintenant, il n'y pouvait rien, il n'avait plus le choix: elle aurait lieu dans trois semaines.

Nom : Prénom :

LA CITÉ NANTES EVENTS CENTER
Société Anonyme d’Économie Mixte au capital de 3.810.000 euros
SIRET :381 053 768 00028 - Code NAF : 748J - N° d’autorisation organisme local de tourisme AU 044960001
Licences d’entrepreneur de spectacles : 1-142413 2-142414 3-142415
Tél : +33 (0)2 51 88 20 00 / Fax : +33 (0)2 51 88 20 45 / www.utopiales.org

Il pourrait ne pas en sortir indemne car elle exige une grande expérience professionnelle, c'est pourquoi il avait mit beaucoup de temps à trouver unchirurgien qui accepte de l'opérer. Bien entendu, il n'avait parlé à personne de cela, car de toute façon, il n'avait plus de famille. Fils unique, ses parents étaient morts cinq ans auparavant dans un accident de voiture et il est encore célibataire et sans enfants à ce jour. Il ne lui restait probablement qu'une vieille tante dont il n'avait plus de nouvelles depuis plusieurs années déjà. Il n'enavait pas parlé non plus à ses collègues sans quoi il aurait probablement été mis à la porte bien vite.
Non, notre scientifique avait une idée en tête. Ce n'était pas très légal, certes, mais c'était la seule manière qu'il avait trouvé pour garder son travail, toucher un salaire et continuer à mener une vie normale aux yeux de tous : son double est presque terminé. Bien sur, il avait réussit àextraire le gène défectueux donc le clone ne sera jamais malade. Il ne lui reste plus qu'à lui faire apprendre quelques détails de la vie comme le nom de ses biscuits préférés, dans quel magasin il va faire ses courses ou le nom de ses collègues.
Mais il y a un danger à tout cela: si on découvrait qu'il avait un clone, il risquerait une peine de prison à vie. En fait, depuis quelques années,certaines personnes ont la certitude que le gouvernement fait des expériences clandestines et qu’il cache les résultats au peuple, on aurait même réussi à dupliquer l'homme. D’autres pensent que l'on mange de la viande et des végétaux clonés. Et notre ami en fait partie. C'est à cause de cela qu'il a décidé de violer pour une fois la loi.
Deux semaines plus tard, notre scientifique rebel est...
tracking img