Nu debout

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (524 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Elle était la douceur de mon cœur, la folie de ma vie. Elle était la raison de mes pas, le répit que j’avais tellement longtemps attendu… J’étais là assis sur ce grand lit, et tel un inconnu, unpassant parmi tant d‘autres, les yeux avides de désir, je la dévorait. Je caressais du regard, chaque parcelle de son corps, un peu mal à l’aise par cette place d’anonyme, que je semblais occuper danscette chambre. Elle avait tiré tous les rideaux, de fins morceaux de tissus blancs, qui ne laissaient entrevoir seulement les ombres, à quiconque regarderait par la fenêtre. Le soleil, ce curieux, cetamoureux des femmes, certainement, leur plus tendre amant, pénétrait la pièce et redessinait la forme de sa nuque, les courbes de son dos, et dévoilait la chute de ses reins. Et mon Dieu comme j’auraisaimé être le soleil. Comme j’aurais voulu pouvoir à mon tour, épouser avec cette perfection là, ce corps qui s’offrait à moi, avec pudeur, retenue, et timidité. De ma place je distinguais ce que, trèscertainement, elle pensait cacher, oui car non seulement, la serviette qu’elle avait noué avec force autour de sa taille, me laissait très nettement voir, la chute de ses reins, le début d’autrechose. Tel un secret. Mais je me délectais aussi de voir ses seins. Que dis-je ? De n’en voir qu’un. Comme s’il ne fallait pas tout dévoiler. Pas d’un coup. Pas à moi. Pas ici. C’était une petite chambre,les murs étaient très pâles, et légèrement délabrés je m‘en souviens. Ils s’accordaient parfaitement au teint de cette jeune femme qui se présentait face à moi. Je ne la quittais pas des yeux, je nevoulais pas perdre une seule seconde qui m’était accordé pour la contempler. La dessiner, l’inventer. Dans un geste doux, presque maternel, elle relevait ses cheveux. La chaleur était accablante, ettel des cascades, des eaux diluviennes et agitées, ses cheveux semblaient peser des tonnes. J’aurais voulu m’approcher d’elle, la toucher, couvrir son corps de baisers que j’aurais souhaités...
tracking img