Nullite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 78 (19324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Université d’Auvergne Clermont I Faculté de Droit et de Science politique

SUMÉ n° 6 LES NULLITÉS EN MATIÈRE CONTRACTUELLE

La nullité du contrat est la sanction de la mauvaise formation de celui-ci, par non respect des conditions de fond, voire plus exceptionnellement de forme. Soit il manque une condition de formation essentielle (consentement, objet ou cause), soit une conditionessentielle est viciée (vice du consentement, objet illicite ou immoral, cause illicite ou immorale). D’importantes réflexions doctrinales ont porté sur la question des nullités en matière contractuelle, et sur l’établissement d’une typologie en particulier, parmi les travaux doctrinaux qui ont eu une incidence considérable on citera, notamment, la thèse du Professeur JAPIOT. La distinction des nullitésabsolues et relatives ne fait pas l'objet de dispositions particulières dans le Code civil. C'est le juge qui le plus souvent déduit la qualification adéquate à partir des intérêts en présence (I). Les effets de la nullité restent également à définir sur le fondement des articles 900 et 1172 du Code civil (II). I- LE CRITÈRE DE L'INTÉRÊT PROTÉGÉ : NULLITÉ RELATIVE OU ABSOLUE ? Il faut d'abordrechercher pourquoi le contrat sera annulé (A) et ensuite voir quelle sera la procédure suivie (B). A - POURQUOI LE CONTRAT DOIT-IL ÊTRE ANNULÉ ? La nullité absolue de l'acte sera prononcée lorsque la règle violée lors de la formation du contrat est une règle d'intérêt général. En d’autres termes, la nullité absolue sanctionne la violation de règles d'intérêt général. Le ministère public se réserve ledroit d'intervenir d'office dans tous les cas où la nullité absolue serait en jeu. Il trouve le fondement de son action à la fois dans des textes particuliers (article 184 du Code civil pour les nullités du mariage) et dans l'article 46, alinéa 2 de la loi du 20 avril 1810 : il poursuit d'office l'exécution des lois dans toutes les dispositions qui intéressent l'ordre public. La nullité relativedevra au contraire être nécessairement demandée en justice par celui qui l'invoque. La nullité relative sera mise en jeu lorsque la règle violée ou inobservée sanctionne la protection d'un intérêt particulier. L'intérêt général n'est alors pas mis en danger par ces vices du contrat. L'objectif ici poursuivi est limité à la protection de l'intérêt particulier de la partie faible du contrat, ou dumoins de celle que la règle violée avait pour but de protéger. Il s'agit de la défense d'intérêts privés et/ou catégoriels. La nullité absolue sera prononcée dans les cas les plus graves : lorsque l'ordre public de direction ou les bonnes mœurs sont menacées. L’annulation prononcée par le juge au titre de la nullité absolue peut ne concerner que telle ou telle clause d’un contrat. Par exemple : Cass.com., 3 novembre 1988 ANNEXE 1. On relève ainsi les cas suivants de nullité absolue : - absence de consentement. C'est une hypothèse très rare (erreur « obstacle » portant sur la nature juridique du contrat, ou sur l’objet du contrat). Cette hypothèse a été présentée dans la partie du cours consacrée au consentement. - absence d'objet valable dans le contrat ou l’une des obligations créée. («présentation de clientèle » par un re gardien d’immeuble (Cass. 1 civ., 20 février 1973), transaction présentant des dispositions totalement contradictoires (Cass. soc., 18 mai 1999) - absence de respect de la condition de forme dans les contrats solennels (donation portant sur un immeuble sans acte notarié) - objet impossible, indéterminable, illicite ou immoral ; (vente d’une marchandise contrefaite,Cass. com., 24 septembre 2003) - cause illicite ou cause immorale. Financement de la fuite d’une femme mariée et de son amant : Cass. Req., 17 avril 1923 ANNEXE 2 .

En ce qui concerne les cas de nullité relative, on peut relever la typologie suivante, non exhaustive : - vices du consentement (erreur, dol, violence) subis par l'une des parties contractantes - incapacité d'une des parties :...
tracking img