Nutrition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 96 (23779 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cours de nutrition humaine

Chapitre I : Introduction

I.1 promotion de la santé et prévention

- Auparavant, la définition de la santé était centrée sur un aspect curatif, c’est-à-dire l’absence de maladies physiques ou d’infirmité.
- Maintenant, la définition de la santé est plus positive, elle est basée sur une idée de bien-être, d’équilibre de vie :

Selon l’OMS, la définition estla suivante :
Etat complet de bien-être physique, mental et social ; et pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité.

Cette définition ne fait plus appel uniquement à la médecine curative, mais à une médecine multisectorielle.
D’autre part, la notion de bien-être social signifie la qualité de logement, de l’emploi, du niveau de vie, du type de voisin.

- Une autre définitions’ajoute, celle de l’école de Nancy :
La santé est la conquête persévérante et lucide d’un équilibre de l’homme avec ce qui l’entoure.

Cela veut dire que la santé est un capital qui se travaille au jour le jour (= processus dynamique), c’est un capital qui n’est pas acquis.
« conquête lucide » veut dire que le patient doit être compétent pour préserver son capital santé.

Donc il y a une évolutiondu concept de santé car on passe de santé au bien être, à la qualité de vie (continuum).

=> C’est un processus qui se fait tout au long de la vie.

I.2 Indicateurs de santé

Pour suivre l’état de santé, on utilise des indicateurs que représentent :

- les données de mortalité et plus particulièrement la mortalité périnatale.
- les données de morbidité
- l’espérance de vieLe profil épidémiologique de la santé a changé ces 50 dernières années :

- diminution des maladies infectieuses et parasitaires, qui sont mieux traitées.
- augmentation lente mais évidente des morts violentes
- diminution lente des maladies respiratoires
- augmentation des maladies du système circulatoire
- augmentation des tumeurs malignes chez l’homme et la femme.MAIS augmentation de l’espérance de vie au final (20 à 25 ans en 60 ans) :
Il y a donc un vieillissement de la population (autant de vieux que de jeunes, pyramide des âges carrée et plus triangle), car la vieillesse est bien prise en charge ainsi que la périnatalité.

Au vu de ce nouveau profil de la santé, on doit considérer un nouveau modèle d’épidémiologie (de prise en charge) de la santé,avec apparition de maladie de civilisation, due à ces nouvelles données.
Ex : 30% des décès sont dues à des cancers et maladies cardiovasculaires dans les pays industrialisés.

Des études ont été menées : en Finlande les maladies cardiovasculaires avaient augmentées fortement pour atteindre le point le plus élevé d’Europe. En 20 ans, il y a eu une diminution de 50 à 60% de ces maladies. Cerésultat est conséquent ! Il a été le résultat d’une approche globale de la problématique ; en effet tous les secteurs de la vie ont été impliqués dans ce programme de lutte (secteur alimentaire, la population, les politiques….)

I.3 Alimentation et santé : facteur de risques / facteurs de protection

Cela nous amène à une approche distique de la santé, qui tente d’encadrer les différentsfacteurs de l’environnement qui influencent la santé (sur sa promotion, protection, récupération) :

- facteurs géographiques : climats (dans les pays chauds le soleil augmente l’état de bien-être), ressources naturelles du pays, pollution
- facteurs sanitaires : hygiène, vaccination, accessibilité aux soin de santé, connaissance des professionnels de santé impliqués.
- facteurspolitiques : existence ou non d’une législation sanitaire et sociale (ex : législation alimentaire pour la protection du consommateur)
- facteurs démographiques : l’espérance de vie donne des conditions de vie différentes, migration rurale et urbaine
- facteurs psycho - culturels : éducation (accès aux médias, leur densité, leur validité), croyance, tradition, coutumes
- facteurs...
tracking img