Oedipe act 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (694 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ŒDIPE- Tu t'es fait mal?
JOCASTE- Non... non...
Elle recule, regarde les pieds d'Œdipe, comme une folle.
ŒDIPE- Ah! mes cicatrices... Je ne les croyais pas si laides. Ma pauvre chérie, tu as eupeur?
JOCASTE- Ces trous... d'où viennent-ils?... Ils ne peuvent témoigner que de blessures si graves...
ŒDIPE- Blessures de chasse, paraît-il. J'étais dans les bois; ma nourrice me portait. Soudainun sanglier débouche d'un massif et la charge. Elle a perdu la tête, m'a lâché. Je suis tombé, et un bûcheron a tué l'animal pendant qu'il me labourait à coups de boutoirs... C'est vrai! Mais elleest pâle comme une morte? Mon chérie! Mon chérie! J'aurais dû te prévenir. J'ai tellement l'habitude, moi, de ces trous affreux. Je ne te savais pas si sensible...
JOCASTE- Ce n'est rien...
ŒDIPE- Lafatigue, la somnolence nous mettent dans cet état de vague terreur... tu sortais d'un mauvais rêve...
JOCASTE- Non... Œdipe; non. En réalité ces cicatrices me rappellent quelque chose que j'essaietoujours d'oublier.
ŒDIPE- Je n'ai pas de chance.
JOCASTE- Tu ne pouvais pas savoir. Il s'agit d'une femme, ma sœur de lait, ma lingère. Au même âge que moi, à dix-huit ans elle était enceinte. Ellevénérait son mari malgré la grande différence d'âges et voulait un fils. Mais les oracles prédirent à l'enfant un avenir tellement atroce, qu'après avoir accouché d'un fils, elle n'eut pas le couragede le laisser vivre.
ŒDIPE- Hein?
JOCASTE- Attends... Imagine la force qu'il faut à une malheureuse pour supprimer la vie de sa vie... le fils de son ventre, son idéal sur la terre, l'amour de sesamours.
ŒDIPE- Et que fit cette... dame?
JOCASTE- La mort au cœur, elle troua les pieds du nourrisson, les lia, le porta en cachette sur une montagne, l'abandonnant aux louves et aux ours.
Elle secache la figure.
ŒDIPE- Et le mari?
JOCASTE- Tous crurent que l'enfant était mort de mort naturelle et que la mère l'avait enterré de ses propres mains.
ŒDIPE- Et... cette dame... existe?...
tracking img