Oedipe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 59 (14607 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 août 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L'intérêt de Sigmund Freud pour l’Antiquité et la culture classique, qui forme comme une toile de fond de sa pensée et de son œuvre, mérite, bien qu’il ait été largement commenté par ses biographes et ses exégètes, une analyse plus poussée. L’un des éléments qui viennent justifier ce choix – et qui va au-delà de l’univers « helléniste » de la Bildung humaniste1 dans laquelle il fut formé – est sabibliothèque personnelle. Comme la plupart des bibliothèques particulières, elle fut construite au long des années, prenant de l’ampleur à mesure qu’évoluaient ses intérêts intellectuels. Freud vécut toute sa vie (1856-1939) à Vienne, avant l’exil définitif à Londres (du 4 juin 1938 au 23 septembre 1939, jour de son décès). Sa bibliothèque comptait près de deux mille cinq cents volumes, un nombreconsidérable pour l’époque où ils furent acquis. Il me semble que ce fait exprime la dévotion et l’intérêt de Freud pour les livres. Sa bibliothèque était principalement composée d’ouvrages portant sur l’archéologie, l’histoire générale et antique, les mythologies grecque, romaine, égyptienne et chinoise, la littérature classique et générale, l’anthropologie, la philosophie, la médecine et l’art,ainsi que de publications diverses, les siennes propres et celles de ses disciples. Elle nous révèle l’intérêt marqué qu’il accordait à la lecture et donc à l’acquisition de connaissances.
2On sait, d’après le matériel scolaire conservé par Freud et d’après sa correspondance avec ses amis d’enfance, qu’il lisait des œuvres classiques depuis son plus jeune âge : les classiques grecs, Rabelais,Shakespeare, Cervantès, Molière, Lessing, Goethe, ainsi que d’autres auteurs dans les domaines de l’histoire générale et de la philosophie. Notons au passage que sa bibliothèque était constituée de livres écrits en diverses langues : allemand, anglais, français, italien, espagnol, latin et grec. Sa bibliothèque, en ce qui concerne ces domaines, comporte des ouvrages qui sont, aujourd’hui encore,considérés comme des classiques, indispensables pour l’étude de l’histoire de l’Antiquité.
3L’inventaire de la bibliothèque de Freud confirme son intérêt pour l’archéologie et l’histoire ancienne, qui étaient une source d’inspiration pour son imagination scientifique audacieuse. Mais il est important de souligner que cet intérêt de Freud était général : « antiquité » recouvrait pour lui un ensembleindistinct, constamment présent dans son œuvre, qui peut être illustré par l’usage immodéré de références à l’Antiquité grecque et romaine. Aphrodite, Hamilcar Barca, Hannibal, Achille, Ariane, Artémis, Athéna, Bacchus, Créüse, Chronos, Déméter, Dionysos, Œdipe, Médée, Méduse, Narcisse, Ulysse, Pégase, Perséphone, Pollux, Prométhée, Psyché, Vénus et Zeus sont quelques-uns parmi les personnagescités dans ses textes.
4Depuis sa toute première publication psychanalytique, L’Interprétation des Rêves (1900), Freud réunit le rêve, le mythe et la réalité en un continent unique. En évoquant le pouvoir divinatoire des rêves – ce qui nous renvoie à l’idée d’oracle –, il écrit :
• 2 S. FREUD, Die Traumdeutung. Zur Psychologie der Traumvorgänge. Frankfurt, Fischer Taschenburch Verl (...)
Über denWert des Traums für die Kenntnis der Zukunft? Daran ist natürlich nicht zu denken. Man möchte dafür einsetzen: für die Kenntnis der Vergangenheit. Denn aus der Vergangenheit stammt der Traum in jede Sinne. Zwar entbehrt auch der alte Glaube, dass der Traum uns die Zukunft zeigt, nicht völlig des Gehalts an Wahrheit. Indem uns der Traum einen Wunsch als erfüllt vorstellt, führt er uns allerdings indie Zukunft; aber diese von Träumer für gegenwärtig genommene Zukunft ist durch den unzerstörbare Wunsch zum Ebenbild jener Vergangenheit gestaltet2.
• 3 Lors d’une recherche réalisée au Musée Freud, à Londres, durant le mois de juillet 1998, nous avons (...)
5Si l’on analyse plus en détail les sources présentes dans la bibliothèque de Freud, on s’aperçoit que, parmi les livres relatifs à...