Oh les beaux jours

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (495 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Scène 1
SUZANNE, LA COMTESSE entrent par la porte à droite.
LA COMTESSE se jette dans une bergère: Ferme la porte, Suzanne, et conte-moi tout, dans le plus grand détail.
SUZANNE: Je n'ai riencaché à Madame.
LA COMTESSE: Quoi, Suzon, il voulait te séduire?
SUZANNE: Oh! que non! Monseigneur n'y met pas tant de façons avec sa servante: il voulait m'acheter.
LA COMTESSE: Et le petit page étaitprésent?
SUZANNE: C'est-à-dire, caché derrière le grand fauteuil. Il venait me prier de vous demander sa grâce.
LA COMTESSE: Eh! pourquoi ne pas s'adresser à moi-même? est-ce que je l'aurais refusé,Suzon?
SUZANNE: C'est ce que j'ai dit: mais ses regrets de partir, et surtout de quitter Madame! "Ah! Suzon, qu'elle est noble et belle! mais qu'elle est imposante !"
LA COMTESSE: Est-ce que j'aicet air-là, Suzon? moi qui l'ai toujours protégé.
SUZANNE: Puis il a vu votre ruban de nuit que je tenais, il s'est jeté dessus...
LA COMTESSE, souriant: Mon ruban?... quelle enfance?
SUZANNE: J'aivoulu le lui ôter; Madame, c'était un lion; ses yeux brillaient... "Tu ne l'auras qu'avec ma vie", disait-il, en forçant sa petite voix douce et grêle.
LA COMTESSE, rêvant: Eh bien, Suzon?
SUZANNE:Eh bien, Madame, est-ce qu'on peut faire finir ce petit démon-là? ma marraine par-ci; je voudrais bien par l’autre; et parce qu'il n'oserait seulement baiser la robe de Madame, il voudrait toujoursm'embrasser, moi.
LA COMTESSE, rêvant: Laissons... laissons ces folies... Enfin, ma pauvre Suzanne, mon époux a fini par te dire...?
SUZANNE: Que si je ne voulais pas l'entendre, il allait protégerMarceline.
LA COMTESSE se lève et se promène, en se servant fortement de l'éventail: Il ne m'aime plus du tout.
SUZANNE: Pourquoi tant de jalousie?
LA COMTESSE: Comme tous les maris, ma chère!uniquement par orgueil. Ah! je l'ai trop aimé! je l'ai lassé de mes tendresses, et fatigué de mon amour; voilà mon seul tort avec lui. Mais je n'entends pas que cet honnête aveu te nuise, et tu épouseras...
tracking img