Oiseaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1129 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La fissure que l’on voit, nous pousse à voir par delà les apparences. Les oiseaux est un film réalisé par Alfred Hitchcock dans les années soixante. Tout aussi étrange que son titre, ce film regorge de faits fantastiques. Les apparitions par surprise des oiseaux et la noirceur des scènes font ressortir « l’inquiétante étrangetés » qui y habite. Symboles de la mort et du chaos, les oiseauxrépondent le mal tout au long du film et c’est après l’analyse de trois scènes : scène ou Mélanie se fait attaquer pour la première fois, scène ou les oiseaux s’introduisent pour la première fois chez les Benner et la scène ou Mélanie se fait attaquer a l’étage, qu’il sera prouver que le film Les oiseaux est en lien avec le fantastique.

« L’inquiétante étrangeté » née dans l’intimité façonnée parMélanie et signe sa présence a travers le sang de cette dernière. La scène dans laquelle Mélanie Daniels se fait attaquer la toute première fois par une mouette, est une scène ou elle se créer un visage charmeur pour séduire Mitch Brenner. Freud soutient que « l’inquiétante étrangeté » peut survenir dans les moments les plus intimes des personnes. Ainsi, Mélanie Daniels créer un climat de fragilitéen regardant Benner des yeux d’une femme délicate et séductrice, et ceci n’est que l’élément déclencheur de l’apparition de l’inquiétante étrangeté. Tel un coup de tonnerre en plein silence, le cri de la mouette annonce le début de l’invraisemblable. Lorsqu’on observe le moment qui précède le changement d’expression facial de Mélanie, on déduit que l’ambiance est calme et sereine comme-ci elle etMitch étaient seuls au monde, mais ce n’est qu’au moment qui suit que la brèche entre le réel et le fantastique se fissure. Par un cri strident, la mouette s’attaque à Mélanie comme pour la punir de ce qu’elle tentait de faire a Mitch Benner. Ainsi, la première montée d’angoisse est montrée dans l’image du sang coloré d’un rouge vif de Mélanie, après l’attaque, en gros plan sur son doigtcolorée : il fallait y croire, c’était du vrai sang et c’était bel et bien un oiseau qui lui avait fait ca. Bizarre et inquiétante ce qui venait de se passé a cause de l’envie de séduire de Mélanie, n’annonçait rien de bon. Certainement « la chose la plus curieuse qu’ils aient vu ». « Une intrusion brutale du mystère dans le cadre de la vie réelle »
Le cauchemar prend forme dans les foyers insécures.« Cachez vos visages, protégez vous les yeux ! » les personnages ne veulent pas croire a ce qu’ils voient, cela ne pouvait pas être possible que des oiseaux, gentils d’apparence, s’attaquaient a eux. Ils ne s’avaient pas quoi faire dans cette situation, a part fermer les yeux pour refuser de voir l’étrange vérité avant de se protéger. Plus incroyable encore, les oiseaux surgissent après un silence quin’annonçait rien de bon, par la cheminée, dans le salon peu éclairé, comme si ils perforaient le seul havre de sécurité qui restait au Benner et à Mélanie pour se cacher, l’air de dire : «  vous n’êtes en sécurité nulle part». De plus, le bruit de ces oiseaux n’a rien de naturel, car il est trop strident et agressant, mais on pourrait dire que l’attaque des oiseaux serait l’interprétationlittérale de la jalousie de la mère face a Mélanie. Ainsi la montée de l’angoisse se traduit par le comportement hasardeux et improvisé des protagonistes face à cette situation d’attaque et l’intrusion de l’irréel dans le réel est symbolisée par l’entrée des oiseaux dans ce lieu clôt, la maison. « Un scandale, une déchirure, une irruption insolite presque insupportable dans le monde réel. »Certainement, la meilleure apparition du fantastique, la dernière scène montre explicitement l’angoisse des protagonistes. D’un cote on voit Mélanie, qui petit à petit se recroqueville sur le canapé, pétrifiée de peur, ne sachant ou ni comment se tenir pour se protéger de ce phénomène qui est « contraire a la raison ». On la sent detruite moralement. De l’autre cote, la mère tente de tenir son...
tracking img