Olympia de manet (analyse de l'oeuvre)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2721 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Olympia d’Edouard Manet

Introduction

L’Olympia de Manet est une peinture emblématique du 19ème siècle. Nous avons choisi cette œuvre parce que le regard de cette femme nue qui examine le spectateur avec assurance a attiré notre attention. Nous avons voulu en savoir plus sur cette œuvre et son auteur.

Edouard Manet

Edouard Manet est né le 23 janvier 1832, dans une famille de la hautebourgeoisie. Son père était magistrat et sa mère, la fille d’un diplomate.

C’est un oncle qui initia Edouard au dessin et l’emmena régulièrement au Louvre. Il se passionnait pour les beaux-arts mais son père était contre, il souhaitait que son fils étudie le droit et devienne à son tour magistrat.

En 1848, Edouard tenta de rentrer à l’Académie navale mais il échoua. Il décida alorsd’embarquer comme élève pilote sur un navire marchand à destination de Rio de Janeiro. Son voyage au Brésil lui permit de prendre conscience de la réalité de l’esclavage. Ce qu’il vécut durant ce voyage, influenca nombreuses de ses œuvres comme l’Olympia.
A son retour en 1849, son père l’autorisa enfin à se lancer dans une carrière de peintre. Il entra dans l’atelier de Thomas Couture. Il y resta 6ans mais il n’aimait pas la peinture et l’enseignement du maître. Il trouvait que tout était faux, les ombres, la lumière… Pour se former il fit de nombreux voyages d’étude aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie et en Espagne. C’est à Florence qu’il copia la Vénus D’Urbin de Titien dont l’Olympia sera une insolente version. Copier les peintures des maîtres anciens était l’une des bases del’enseignement académique. Manet utilisa par la suite plusieurs fois les œuvres anciennes comme source d’inspiration pour ses propres tableaux.

En 1863, Manet exposa son célèbre Déjeuner sur l’herbe au Salon des refusés, nouveau lieu d’exposition inauguré par Napoléon III, accueillant à la demande des artistes, les œuvres rejetées au Salon officiel.

Ce tableau fut violemment attaqué par les critiques.Salué par de nombreux jeunes peintres qui reconnaissaient en lui leur chef de file, Manet se trouva au centre d’une dispute opposant les défenseurs de l’art académique aux artistes « refusés ».

En 1864, le Salon officiel accepta deux de ses tableaux, et, en 1865, Manet y exposa Olympia.

Il devint ami avec Emile Zola ainsi qu’avec des peintres impressionnistes comme Edgar Degas, ClaudeMonet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro et Paul Cézanne. Ceux ci subirent l’influence de Manet mais influencèrent également l’art de celui ci. Manet ne doit pas être considéré comme un peintre impressionniste à part entière, malgré son amitié avec Monet et d’autres peintres impressionnistes. En 1874, l’artiste choisit de ne pas participer à la première exposition impressionniste. Ilcontinua cependant à exposer régulièrement au Salon où sa popularité ne cessa de s’affirmer. En 1882, il fut présent pour la dernière fois avec Un bar aux Folies-Bergères. Manet mourut à Paris le 30 avril 1883, laissant une œuvre importante, comprenant plus de quatre cents peintures à l’huile, des pastels et de nombreuses aquarelles.

1865, le scandale d’Olympia

Olympia est peinte en 1863. Ellemesure 130,5 × 190 cm et est exposée pour la première fois au Salon de 1865. Le Salon est le plus ancien des évènements de la vie artistique parisienne. Depuis 1864, les artistes, peintres et sculpteurs proposent, tous les deux ans, des œuvres à un jury qui choisit et donne des récompenses. Trois à quatre mille œuvres sont présentées au Salon et l’événement attire des centaines de milliers devisiteurs. Les critiques et journalistes découvrent l’exposition trois jours avant l’ouverture afin d’écrire des articles et les débats autour des œuvres sont souvent très vifs.

Dès l’ouverture du salon en 1865, l’Olympia fait l’objet de moqueries. On vient en groupe ou en famille et le tableau fait rire. Les journalistes dénoncent la vulgarité de la toile : « cette courtisane au ventre...
tracking img