On ne badine pas avec l'amour - alfred de musset

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1282 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
J'ai choisi la pièce «  On ne badine pas avec l'amour » d'Alfred de Musset.

Biographie d'Alfred de Musset :

Alfred de Musset né a Paris le 11 Décembre 1810 est issu d'une famille aisée.
Lycéen brillant, Alfred de Musset abandonne vite ses études supérieures pour
se consacrer à la littérature à partir de 1828-1829.
Il publie en 1829, à 19 ans Contes d'Espagne et d'Italie, son premierrecueil
poétique qui révèle son talent brillant.
Il commence alors à mener une vie de « dandy débauché »
En décembre 1830, sa première comédie La Nuit Vénitienne est un échec accablant
qui le fait renoncer à la scène pour longtemps.
Il eu une liaison houleuse avec George Sand. Leur relation s'interrompit lorsque George entama une liaison avec le docteur Pagello
Dépressif et alcoolique, au-delàde 30 ans, il écrit de moins en moins
Il reçoit la Légion d'honneur en 1845 et est élu à l'Académie française en 1852.
Sa santé se dégrade gravement avec son alcoolisme et Alfred de Musset meurt à 47 ans,
le 2 mai 1857, à peu près oublié : il est enterré dans la discrétion au Cimetière du
Père-Lachaise.
Redécouvert au xxe siècle, Alfred de Musset est aujourd'hui considéré comme un des grandsécrivains romantiques français

Résumé de la pièce acte par acte :

Acte I]
Perdican, fils du baron revient chez son père en compagnie de son précepteur,
maître Blazius. Sa cousine Camille, accompagnée, elle de dame Pluche, sa gouvernante, rentre également au château.
Le baron rêve d'unir Camille et Perdican et il confie ce projet à maître Blazius et à Bridaine, le curé du village.
Mais lesretrouvailles entre le cousin et la cousine sont glaciales . Camille reste insensible lorsque son cousin évoque
leurs souvenirs d'enfance. Aux propos nostalgiques de Perdican, Camille oppose des répliques sèches et laconiques.
Durant la soirée, contrarié, Perdican emmène dîner au château la jeune paysanne Rosette, sœur de lait de Camille.
Le baron est consterné d'apprendre que son fils fait lacour à une simple paysanne.

Acte II]
Camille annonce à Perdican qu'elle doit et veut partir " irrévocablement".
Elle demande à dame Pluche de faire parvenir à son cousin un billet pour le convier à un rendez-vous.
Perdican continue de rendre Camille jalouse avec Rosette. Il se rend cependant à l'invitation de sa cousine.
Camille lui révèle qu'on lui a appris dans son couvent à craindrel’amour et que les religieuses l'ont mise
en garde des dangers de la passion. Une amie de couvent l'a également éclairée sur l'égoïsme des hommes.
Perdican met en cause l'éducation religieuse et célèbre la passion qui transfigure les êtres.
Il plaide en vain la cause de l'amour : "c’est une chose sainte et sublime même si l’on est trompé et blessé".
Camille lui annonce sa décision : elle renonce aumonde et va rentrer au couvent.

Acte II]
Perdican parvient à se saisir d'une lettre que Camille adresse à son amie religieuse.
La jeune fille se flatte de "l'avoir réduit au désespoir". En proie à une rage froide,
Perdican va s'efforcer de rendre Camille jalouse. Il va " faire la cour à Rosette devant Camille elle-même" .
Il se fiance à Rosette. La jeune paysanne est fascinée par le filsdu baron et croit en son bonheur.
Mais Camille ne désarme pas. Elle fait venir son cousin après avoir caché la petite paysanne derrière un rideau.
Après s'être échangé des reproches, les deux jeunes gens se laissent aller à leur passion et tombent dans les bras
l'un de l'autre. Rosette qui a assisté à la scène meurt d'émotion. La conscience de leur faute les sépare à jamais.
Camille quittePerdican.
Schéma actantiel :

Extraits caractéristiques :

• Adieu Camille, retourne a ton couvent, et lorsqu'on te fera de ces récits hideux qui t'on empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et...
tracking img