On ne badine pas avec l'amour musset

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
14/05/2010

On ne Badine pas avec l’Amour - Alfre…

On ne Badine pas avec l'Amour
Alfred de Musset
- Présentation de la pièce -

Introduction
      On ne badine pas avec l'amour est une pièce de théâtre d'Alfred de Musset, publiée en 1834 dans La Revue des Deux Mondes. Cependant,  la  pièce  ne  sera  représentée  qu’en  1861  à  la  Comédie­Française  après  de  nombreuses transformations réalisées par le frère de l’écrivain, Paul de Musset. Cette pièce s'apparente au drame romantique. Comme le laisse supposer son titre, cette pièce en trois actes appartient au genre du proverbe dramatique, qui tient son origine des salons précieux.

L'histoire :
            La  scène  se  passe  en  province,  dans  un  château  et  a  pour principaux personnages, Camille, une jeune fille qui sort du couvent,  et  son  cousin  Perdican,  récemment  titulaire  d'un  doctorat.  Les  deux  jeunes  gens  se  retrouvent  après  dix ans de séparation dans ce château, cher à leurs cœurs, où ils ont grandi ensemble, joué ensemble, où ils se sont aimés. Le Baron, (le père de Perdican) a décidé de marier Camille à Perdican.      Pour Camille, ce mariage n'a rien d'un mariage d'amour, et l'on ne peut forcer le sentiment, du moins c'est ce qu'elle tente de faire croire à Perdican. Perdican, lui, aime Camille comme au premier jour et ne voit aucun obstacle à cette union, elle, a choisi de vouer sa vie à la religion. Elle affirme que son amour va vers son seul fiancé possible : Jésus­Christ.       Camille explique à Perdican que les dix années de  couvent  lui  ont  appris  à  ne  pas avoir confiance en l'amour, à cause des confidences des religieuses qui y séjournent en sa compagnie, et qui sont pour la plupart déçues par l'amour. C'est dans la célèbre scène  5  de  l'acte  II  que  Camille  annonce son départ à Perdican, car  il  n'a  pas  su  faire  changer  son  état d'esprit vis­à­vis de lalâcheté des Hommes et des dangers de l'Amour, et elle lui dit à demi­mot que c'est pour cette raison qu'elle refuse de l'épouser. Elle a donc pris la décision de retourner au couvent et de consacrer sa vie à Dieu. Perdican fait alors une critique de l'éducation religieuse  et  des  nonnes, et  plus  généralement,  un  discours  clairement  anticlérical voire  anti­catholique.  De  plus,  il  fait une description des rapports entre hommes et femmes qui (grâce au lyrisme de Musset) demeure inégalée :

RechercheChercher une analyse de texte :

rechercher

PERDICAN Adieu,  Camille,  retourne  à  ton  couvent,  et  lorsqu'on  te  fera  de  ces  récits  hideux  qui  t'ont empoisonnée, réponds  ce  que  je  vais  te  dire  :  Tous  les  hommes  sont  menteurs,  inconstants, faux,  bavards,  hypocrites, orgueilleux  et  lâches,  méprisables  et  sensuels  ;  toutes  les  femmes  sont  perfides,  artificieuses, vaniteuses,curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ;mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : “ J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. ”

Rubriques
Aidez-moi ! Forum Avertissement Liens

      Malgré cela, Camille continue de cacher ses sentiments pour Perdican, par pur orgueil.      Elle envoie ensuite une lettre à Louise, une religieuse de son couvent, où elle explique qu'elle a tout fait pour se faire détester de Perdican,  et  où  elle  affirme  que  Perdican  est au désespoir à cause de  son  refus  du  mariage.  Perdican tombe par hasard sur cette lettre.             Touché  dans  son  amour­propre,  Perdican  laisse  l'orgueil  et  la  vanité le dominer  et ...
tracking img