On purge bébé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (383 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Follavoine. — C’est vrai ça !… (Rappelant Rose au moment où elle va sortir.) Au fait, dites donc, vous…

Rose, redescendant. — Monsieur ?

Follavoine. — Par hasard, les… les Hébrides… ?

Rose,qui ne comprend pas. — Comment ?

Follavoine. — Les Hébrides ?… Vous ne savez pas où c’est ?

Rose, ahurie. — Les Hébrides ?

Follavoine. — Oui.

Rose. — Ah ! non !… non !… (Comme pour sejustifier.) C’est pas moi qui range ici !… c’est Madame.

Follavoine, se redressant en refermant son dictionnaire sur son index de façon à ne pas perdre la page. — Quoi ! quoi, "qui range" ! lesHébrides !… des îles ! bougre d’ignare !… de la terre entourée d’eau… vous ne savez pas ce que c’est ?

Rose, ouvrant de grands yeux. — De la terre entourée d’eau ?

Follavoine. — Oui ! de la terreentourée d’eau, comment ça s’appelle ?

Rose. — De la boue ?

Follavoine, haussant les épaules. — Mais non, pas de la boue ? C’est de la boue quand il n’y a pas beaucoup de terre et pas beaucoupd’eau ; mais, quand il y a beaucoup de terre et beaucoup d’eau, ça s’appelle des îles !

Rose, abrutie, — Ah ?

Follavoine. — Eh ! bien, les Hébrides, c’est ça ! c’est des îles ! par conséquent,c’est pas dans l’appartement.

Rose, voulant avoir compris. — Ah ! oui !… c’est dehors !

Follavoine, haussant les épaules. — Naturellement ! c’est dehors.

Rose. — Ah ! ben, non ! non je les ai pasvues.

Follavoine, quittant son bureau et poussant familièrement Rose vers la porte pan coupé. — Oui, bon, merci, ça va bien !

Rose, comme pour se justifier. — Y a pas longtemps que je suis àParis, n’est-ce pas… ?

Follavoine. — Oui !… oui, oui !

Rose. — Et je sors si peu !

Follavoine. — Oui ! ça va bien ! allez… Allez retrouver Madame.

Rose. — Oui, Monsieur !

Elle sort.Follavoine. — Elle ne sait rien cette fille ! Rien ! qu’est-ce qu’on lui a appris à l’école ? (Redescendant jusque devant la table contre laquelle il s’adosse.) "C’est pas elle qui a rangé les...