Optimisme comparatif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mesures implicites de l’Optimisme Comparatif : un apport méthodologique pour objectiver les biais de traitement de l’information.

1. Introduction

L’Optimisme comparatif (OC) se définit comme la tendance des individus à croire qu’ils auront plus de chances que leurs pairs de vivre des évènements heureux et moins de risques qu’autrui d’être confrontés à des évènements indésirables(Harris et Middleton, 1994). Ce biais a été attesté par un nombre important d’études depuis sa découverte en 1980 par Weinstein et pour de nombreux thèmes, notamment celui de la santé (Milhabet, 2002), les risques routiers (McKenna, 1993) ou encore le chômage, le divorce (Harris et Middleton, 1995). Un phénomène qui est donc robuste et stable dans le temps mais qui n’est pas nécessairement commun àtoutes les cultures. En effet, si l’OC a été révélé comme étant très répandu aux Etats-Unis (Armor et Taylor, 1998) ou en Europe comme la France (Meyer, 1995), l’Allemagne (Hoorens et Buunk, 1993) ; Heine et Lehman (1995) constatent que des étudiants japonais ne manifestaient pas d’OC et, au contraire, avaient tendance à être pessimistes pour eux-mêmes par rapport à autrui.
Il apparaît doncqu’il y ait un déterminant culturel dans l’expression de l’OC et que le biais entretien des connexions étroites avec les normes sociales occidentales. En effet, lorsque les sujets remplissent un questionnaire d’OC, ils fournissent également une image d’eux-mêmes en se comparant avec leur pairs. Or dans le cas des cultures individualistes, certains auteurs suggèrent que faire preuve d’OC serait un moyende se présenter favorablement puisque en se déclarant comme étant moins à risque, les individus se différencient dès lors positivement d’autrui. Ainsi, l’OC est approuvé socialement (Le Barbenchon et Milhabet, 2005) et il participe à maintenir ou améliorer l’identité positive de l’individu (Hoorens, 1995). Ceci vient interroger la méthode traditionnelle de recueil de l’OC qui consiste à soumettreaux sujets un questionnaire "papier crayon". Ces mesures auto rapportées sont susceptibles d’être faussées par un biais de désirabilité sociale qui conduirait les sujets à élaborer des stratégies d’auto présentation positive et les mènent à procéder à un ajustement des réponses de sorte à ce qu’elles leurs soient socialement favorables. Auquel cas, ils ne souscriraient pas sincèrement à ce qu’ilsprésentent mais ils afficheraient un optimisme concernant leur futur dans le seul but de satisfaire leur besoin de se valoriser auprès d’autrui.
Si certaines stratégies d’auto présentation positive sont contrôlées et supposent un effort conscient dans l’élaboration des réponses, d’autres s’opèrent de façon plus spontanée sous le seuil de conscience des individus (Juhel et Rouxel, 2005). Pourcertains auteurs l’activation de telles stratégies se produirait lorsque les sujets sont confrontés à une situation anxiogène (Baumeister et Cairns, 1992). Or justement la nature même des recherches portant sur l’OC place les sujets dans un contexte inquiétant puisque ceux-ci seront amenés à engager une réflexion sur leur propre exposition aux risques de la vie. Ainsi, Taylor et Brown (1988) ontétablit une relation entre la menace induite par les questionnaires d’OC et l’utilisation de stratégies automatiques qui mènent au biais d’OC. Toutefois, les travaux de Paulhus, Graf et Van Selst (1989) semblent indiquer que ce lien soit médiatisé par la dynamique attentionnelle. La menace occasionnerait une charge cognitive pour les sujets amoindrissant ainsi leur capacité de contrôle quant aufaçonnement de leurs réponses. Ces derniers feraient alors appel à des stratégies de traitement davantage superficielles et économiques qui suivent leur tendance intériorisée d’auto présentation positive. Un tel type de traitement aurait pour conséquence d’intensifier la favorabilité de la présentation de soi et amplifierait ainsi le biais d’OC. La sélection de stratégies efficaces dépendrait...
tracking img