Oral eps

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1296 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Oral EPS

Introduction :

L’EPS à l’école primaire doit permettre aux élèves, selon les programmes de 2007 :
- construction d’un répertoire moteur
- accès au patrimoine culturel
- acquisition de compétences (= savoirs faire) et de connaissances (=savoirs) utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en forme.
La course fait partie des APSA à pratiquerà l’école pour permettre aux élèves de remplir les objectifs définis par les programmes. Il faut néanmoins prendre en compte la difficulté principale de cet APSA chez les élèves du cycle 3 : la motivation.
En effet, les élèves doivent pouvoir prendre plaisir à courir pour pouvoir s’améliorer (autant dans la durée que dans la vitesse. Pour moi, la solidarité et l’entraide au sein du groupeclasse constituent la principale source de motivation nécessaire à la fois aux progrès de chacun et à l’amélioration de la cohésion ds la classe en lien avec l’éducation civique.

Si j’ai choisi de montrer que l’entraide est une motivation pour courir c’est que moi-même lors de mon entraînement j’ai remarqué que c’était le cas pour moi.
En effet, de septembre à décembre, j’ai couru deuxfois 25 minutes par semaine, dont une fois avec des camarades passant également le concours et une fois seule : le fait de devoir courir pour dépasser l’autre me permettait dans le premier cas de ne pas me décourager (au contraire seule je me rendais compte des difficultés et l’objectif n’était plus le même).
De plus, le fait de courir à plusieurs permet de courir régulièrement en donnant unpoint de repère. Petit à petit il a été plus facile de régler mon allure et de parvenir à m’améliorer. La difficulté était alors de courir plus vite : j’ai donc dans un second temps (de janvier à juin) couru une fois par semaine sur une période plus longue : 35 minutes et une fois en introduisant au cours du footing des accélérations. Il s’agit donc ici de mettre en place des activités quipermettent aux élèves de s’améliorer en prenant en compte leurs propres difficultés mais aussi celle des autres et en insistant particulièrement sur le travail de groupe.

Il s’agira donc ici de voir comment grâce à la course on peut développer dans la classe l’entraide et la solidarité mais aussi et a contrario comment la solidarité d’un groupe donne aux élèves une motivation pour courir.I- Objectif de l’unité d’apprentissage

Il s’agit maintenant de voir comment précisément dans une classe de fin de cycle 3, on pourra mettre en place une unité d’apprentissage constituée de 12 séances.
Projet : courir ensemble le plus longtemps possible (en additionnant les temps de chaque élève) et se mesurer à une autre classe. objectif est de développer l’entraide en insistantparticulièrement sur le rôle de l’observateur (qui ne doit pas que noter ce qu’il voit mais aussi aider l’autre élève à trouver des remediations à ses problèmes) . A la fois un travail et une motivation individuels : apd à courir longtemps et travail et motivation collective : apd à accepter l’autre devient plus facile car le projet « oblige » les élèves à s’encourager non pas pour dépasser lesautres mais pour améliorer un temps (dans lequel chacun participe même le plus faible)

II- Constitution d’ensemble de l’unité d’apprentissage

Concrètement on pourra se servir d’un tableau dans lequel chacun des élèves notera en séance 1, 6 et 12 son temps de course. Lors de ses séances, qui seront pour le maître l’occasion d’une évaluation diagnostique, formative et sommative, les élèvesauront pour objectif de courir le plus longtemps possible. (Le circuit) On constituera alors des binômes ac un observateur et un coureur. A la fin de chacune des courses on pourra demander aux élèves comment courre leur partenaire. Ils auront au préalable rempli une fiche sur laquelle le maître aura donné des indications telles que :
- l’élève est-il parti très vite et ensuite a ralenti ?...
tracking img