Oral

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Oral

Après des années d’errance, les anciens compagnons de route Jack Kerouac et Neal Cassady se retrouvent au comptoir d’un bar américain, et après avoir fêté leurs retrouvailles dignement, ils se remémorent leurs souvenirs et s’engagent dans une conversation sur le mouvement hippie. Ils passeront des Beatniks, les précurseurs du mode de vie hippie, aux manifestations culturelles de ceux-ci,pour finir par les conséquences de cette contre-culture.

Lu – Ah cher Jack que c‘est bon de te revoir.

Al – Cela fait si longtemps Neal.

Lu – Oui, je deviens fous dans ce nouveau siècle, les hommes ne sont plus humains, mais de démentielles machines.

Al – J’en oublie presque notre belle époque, c’était une parenthèse enchantée.

Lu – Mais hélas ! Le monde occidental n’a pas tantchangé depuis toutes ces années. Les Etats-Unis était avant tout dans les années 50 le pays du capitalisme, de la libre entreprise et de la libre concurrence, dans une société de forte consommation et de conformisme.

Al – Oui, mais en même temps, la guerre qui faisait rage au Vietnam ainsi que l’assassinat de John Kennedy en 63 et celui de Martin Luther King en 68, provoqua de nombreusescontestations de cette société.

Lu – En effet, cela fit des révoltes dans le cœur de la jeunesse américaine qui ne comprenait pas pourquoi on diffusait davantage d’image de guerre plutôt que de paix et d’amour.

Al – On trouva une jeunesse traumatisée, l’opinion politique se bouleversa. Cette nouvelle génération prônait la paix, cela développa une nouvelle vision du monde dans les esprits etprovoqua l’essor du mouvement hippie.

Lu – Sans parler de vous les Beatniks, vous étiez les précurseurs de ce mouvement. A toi et ton groupe de poètes romanciers avant-gardistes, contestataires, vous étiez l’emblême de la Beat Génération. Sans parler de votre dégaine, vous étiez de jeunes gens chevelus et débraillés.

Al – Oui, mais nous étions avant tout de très grands amis. Les trois « anges de laBeat Generation » Will Burroughs, Allen Ginsberg et moi-même. Nous nous manifestions à travers des écrits mais surtout des poèmes pour permettre un changement dans la conscience des jeunes américains sensibles à l’esprit de révolte contre le conformisme de l’époque. Nos œuvres littéraires étaient dominées par la spontanéité, une écriture quasi-automatique provoquant ainsi une prose libre etrythmée.

Lu – Et ton roman Jack ! Sur la Route écrit en 1957, notre aventure, notre épopée vers l’ouest, une ode a la découverte du nouveau monde. Il était aussi un symbole de cette génération. Quel chef d’œuvre.

Al - Merci. Aussi, nous étions hédonistes. Nos idéaux politiques étaient communs a ceux des hippies, nous prônions la paix, un mode de vie libéral, et étions attachés à la nature, lasimplicité et la spiritualité.



Lu – Tiens !! Regarde !! Hotel Woodstock réalisé par Ang Lee sur le scénario de James Schamus en 2009. Il retrace le phénomène Woodstock, regarde leur manière d’être, leur joie. Et leur style vestimentaire psychédélique.

Al – Ils avaient pour symbole les fleurs, on les appelait les « flower children » et avaient pour habitude de faire un V avec les doigtsun signe de paix.

Lu – Ils avaient un autre support de protestation que vous les beatniks, les hippies chantaient. Par ailleurs, leur consommation de drogues psychtropes était quasi-quotidienne. Cette méthode contre-cuturelle leur permettait de s’évader de ce monde qu’ils n’acceptaient pas. Ils méditaient a travers un paradis artificiel pour élargir leur conscience et libérer leur esprit de eurcorps. Le hippies s’inspiraient de guides spirituels comme Gandhi ou encore Martin Luther King, pour leurs luttes pacifistes.

Al – Ils s’exprimaient par la musique. Et engendrèrent la naissance du ROCK, notamment grâce à Elvis Presley avec son premier album en 1956, « Un blanc qui chante comme un noir » disait-on. Il s’agissait bien plus qu’un simple courant musical, il boulversait les...
tracking img