Organique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3747 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
41

Le trajet vers Le Horla — La « folie » dans les contes « fantastiques » de Maupassant
Kazuhiko ADACHI

Maupassant, la folie, et le « fantastique » On sait bien que Maupassant a souffert du mal que cause peut-être une syphilis mal soignée et qui a influencé la formation chez lui d’un pessimisme profond. Il est indéniable que l’auteur du Horla a repris plusieurs fois la folie comme thèmecentral de ses contes en s’appuyant, d’une part sur son propre intérêt et son expérience, d’autre part sur la connaissance contemporaine de la e psychopathologie qui connaît de grands progrès dans la seconde moitié du XIX siècle ; il faut néanmoins ajouter que certains chercheurs soulignent à juste titre la raison lucide de l’auteur écrivant ces contes concernant la folie, pour « en finir avec lalégende d’un fou génial, décrivant la folie sous sa propre dictée, au fur et à mesure de sa progression . » La folie comme thème ou sujet dans le monde littéraire de Maupassant est certainement envisagée sous divers aspects : obsession, pulsion, inconscient, violence, perversion, angoisse, solitude etc . Mais en réduisant tout à l’univers maupassantien on risque de laisser échapper la significationet la diversité spécifiques à chaque texte, et encore d’ignorer sa valeur littéraire ; Maupassant n’a pas réécrit le même texte, tout en reprenant le même motif et le même thème, en l’occurrence la folie. Par ailleurs, Le Horla (1887) qu’on considère comme le chef-d’œuvre « fantastique » de Maupassant, est-il aussi un texte qui dépeint la folie et la perversion mentale comme on l’imagine,semble-t-il, un peu étourdiment ? Avant de répondre à cette question, il faudra mieux cerner les contours de la notion si floue de « fantastique » ; bornons-nous pourtant pour l’instant à confirmer la définition que l’auteur lui-même a donné de la littérature fantastique : [...] quand le doute eut pénétré enfin dans les esprits, l’art est devenu plus subtil. L’écrivain a cherché les nuances, a rôdé autourdu surnaturel plutôt que d’y pénétrer. Il a trouvé des effets terribles en demeurant sur la limite
M. Bury, Introduction du Horla et autres récits fantastiques, Le livre de poche, coll. «classique», 2000, p.7. Voir surtout entre autres : M.-C. Bancquart, Maupassant conteur fantastique, Lettres modernes, o Minard, «Archives », n 163, 1976.

42

du possible, en jetant les âmes dansl’hésitation, dans l’effarement . L’auteur insiste sur l’effet provoqué chez le lecteur : surtout sur l’hésitation et la peur. Pour atteindre ce but, il s’agit d’ébranler les cadres de pensée qui déterminent ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, dans la mesure où l’on ne dépasse pas la « limite du possible », parce que dans l’ère du positivisme, on ne croit plus aux superstitions anciennes : « Plus defantastique, plus de croyances étranges [...] Le surnaturel baisse comme un lac qu’un canal épuise ; la science, de jour en jour, recule les limites du merveilleux .» Ici, on peut constater que dans le vocabulaire de Maupassant, « fantastique », « surnaturel », « mystérieux » sont à peu près équivalents. Ainsi faudrait-il ne pas ignorer que Maupassant prédit « la fin de la littérature fantastique » dansun avenir proche ; on voit là une implication stricte de la logique positiviste et rationaliste. Dans ce contexte, il semble que Maupassant lui-même n’a pas l’intention délibérée d’écrire des contes intitulés « fantastiques » . Posons-nous donc une autre question : les contes concernant la folie sont-ils des contes « fantastiques » ? Il ne s’agit pas ici de préciser rigoureusement la définitiondes contes « fantastiques » de Maupassant, mais de repérer et de tracer le trajet de l’auteur qui ne cesse d’explorer le monde de la folie et du fou, et dont un point d’arrivée nécessaire est la seconde version du Horla. Il existe là à la fois continuité et rupture, ce qui rend plus riche et plus intéressant le monde littéraire de Maupassant. Remarquons de plus que Maupassant a laissé une...
tracking img