Organisation administrative au maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ORGANISATION ADMINISTRATIVE AU MAROC
Document n°1 : 50 ans de découpages régionaux au Maroc
“ … On constate que l’analyse régionale depuis 1948 est allée en s’affinant quantitativement
et qualitativement. Quantitativement on est passé de 8 à 20 régions avec une pointe
exceptionnelle à 23 pour l’enquête agricole permanente de 1963 qui cherchait à isoler
certaines régions de production(Essaouira sud, Basse Moulouya, plaine d’Oujda) pour des
besoins statistiques. Hormis cette exception, le découpage atteint sa plus grande précision
dans la période récente (découpage régional du Ministère de l’Intérieur de 1997).
Qualitativement, on est passé de termes très génériques dénommant des espaces avant tout
physiques à des définitions mêlant le cadre naturel, l’influence des villes etles ensembles
tribaux.
Il est assez révélateur que les géographes aient jusqu’à une date récente toujours classé les
régions marocaines en allant du nord vers le sud puis vers l’est (frontière avec l’Algérie). On
peut penser que cette toute puissance de l’orientation est un peu une déformation
professionnelle. Mais n’a-t-on pas aussi raisonné inconsciemment à partir de la proximité de
l’Europequi conduisait les experts coloniaux à commencer leur classement par le Rif ?
Le Ministère de l’Intérieur adopte une numérotation des Provinces qui commence
inversement par le Sud avec les nouvelles Provinces sahariennes, remonte par la région
d’Agadir pour atteindre ensuite le Gharb et le coeur du pays pour finir par le Rif. Il y a une
vision géopolitique tout à fait différente…. ”
Source :J.F Troin (sous la direction) : Maroc, régions, pays, territoires, Maisonneuve-Larose. 2002, 506 pages.
Document n°2 : Le découpage en zones administratives et régions officielles : un
processus continu depuis l’indépendance
“ (…) En 1997, le découpage régional reconnaît 16 Régions, 44 Provinces, 24 Préfectures et
10 Wilayas. En 1999, ce sont 16 Régions, 45 Provinces, 26 Préfectures et 10Wilayas qui
organisent le pays. Le nombre de communes a doublé (249 communes urbaines et 1298
communes rurales en 1999). Le maillage administratif est donc fin et hiérarchisé (…)
La définition de grands ensembles régionaux a été de fait réalisée par l’Etat marocain dès
1971 lorsque furent créées 7 régions économiques qui se veulent des cadres spatiaux pour la
planification, des sortes de régionsde programme. Il s’agit tout simplement d’un
regroupement de Provinces et Préfectures de manière à constituer sept grandes régions, assez
superficielles et ne disposant pas d’un pouvoir réel de décision et de gestion. C’est la région
“ statistique ” ou encore la “ région économique prédéfinie ” qui apparaît ainsi chevauchant
allègrement ensembles physiques et humains du territoire national.Après une longue gestation un nouveau découpage de 16 régions est adopté et officialisé en
1997… Il ne s’agit plus de “ régions économiques ” comme par le passé, mais de véritables
sous-ensembles de la nation, dotés de pouvoirs et devant constituer des relais de l’autorité
centrale aussi bien que des espaces de gestion autonomisés, comme l’indiquent les textes
constitutifs. Il y a donc là unenette évolution vers la régionalisation, voulue par le souverain
lui-même et mise en application par le législateur et le Ministère de l’Intérieur ( …).
Un regard sur la carte de ces 16 régions “officielles ” révèle rapidement que le découpage et la
consistance des diverses unités se sont notablement améliorés par rapport à 1971. Les
nouvelles régions épousent davantage les réalités humaineset économiques de l’espace
marocain par le fait qu’elles s’appuient assez souvent sur des ensembles géographiques depuis
longtemps identifiés. Ces régions portent des appellations qui sont en relation avec les
groupes humains qu’elles recouvrent : ainsi la Région 5 s’intitule-t-elle “ Gharb-Chrarda-Ben
Hssen ” ou encore la Région 10 associe-t-elle Rabat, Salé, Zemmour et Zaer. On note donc...
tracking img