Origine de la vème république

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
: Les origines de la Vème République

La Vème République est, d’un point de vue historique, l’un des régimes parmi les plus longs qu’est connue la France après la IIIème République. La Vème République est dans la moyenne des C° démocratiques occidentales :
- La C° italienne date du 27 décembre 1947
- La loi fondamentale de la république fédérale d’Allemagne date du 23 mai 1949
- La C°espagnole date du 29 décembre 1978

On peut noter des exceptions de longévité :
- Le Royaume-Uni dont on estime que les 1ères coutumes constitutionnelles remontent au XIème siècle. Parmi les éléments tangibles, on peut citer la Grande Charte, la Manda Carta de 1215 qui protège la population contre la Couronne, qui est un texte toujours en vigueur.
- La C° des Etats-Unis d’Amérique datant du 17septembre 1787.

La Vème République a inscrit la France, l’Etat, dans la longévité constitutionnelle là où les régimes antérieurs duraient 10 ans en moyenne.

I) Le contexte d’établissement de la Constitution du 4 octobre 1958

La principale cause de la Vème république est un concours de circonstance qui sont celle de la période mai juin 1958. La Vème république nait des incapacités de la IVrépublique. La C° actuelle est née de l’impotence de la IVème république, de cette incapacité structurelle de la IVème république à surmonter les défis qui étaient les siens. Les incapacités antérieures peuvent être classées dans 2 catégories :
- les incapacités politiques : parmi les défis que la IVème république n’a pu résoudre on peut citer la reconstruction (13 ans après la fin de la guerre, lareconstruction n’est pas achevée), la décolonisation (l’Indochine, déroute des armées françaises, l’Algérie), la modernisation de l’économie
- les incapacités institutionnelles : reproduction des défauts majeures qui avaient affaiblie la IIIème république jusqu’à débâcle institutionnelle en juin 1940. Durée moyenne d’un gouvernement entre 1946 et 1958 est de moins de 6 mois : instabilitéministérielle, valse des cabinets. Or, sur le plan institutionnel, cette instabilité ministérielle a pour conséquence la faiblesse du pouvoir exécutif qui se traduit par la faiblesse de l’Etat. Dans un régime démocratique qui dure, l’exécutif doit disposer d’une certaine stabilité pour gouverner. L’Etat en 1958 est un Etat en dérive, dans ce contexte de dérive, certains auteurs politiques, universitairesont dénoncé un coup de force de l’un des pères fondateurs de la Vème république pour avoir porté un coup fatal à la IVème république : le général De Gaulle.
Cette position au regard du contexte parait excessive : l’intervention du général De Gaulle en 1958 pour l’établissement de la C° s’inscrit dans le contexte d’un pays au bord du chaos. En mai 1958, la guerre d’Algérie fait rage depuis 4 ans,elle oppose de manière virulente les partisans d’une Algérie française, d’une Algérie en tant que départementaux français, et les partisans qui poussent à la C° d’un Etat indépendant, souverain, un mouvement de décolonisation. En Algérie, à Alger, ce conflit politique cristallise les consciences et radicalise les prises de position, d’une partie de l’armée française, traumatisée par la guerred’Indochine. Ces militaires sont soutenus par l’immense majorité des français d’Algérie qui sur place ont des intérêts et leurs racines depuis 120 ans. Dans ce contexte, la perspective de nomination attendue comme président du Conseil de Pierre Pflimlin le 13 mai 1958 jette le trouble à Alger car il est ouvert au négociation avec le FLN. Cette investiture a pour conséquence directe une insurrection àAlger et la prise du gouvernement à Alger. Les institutions républicaines sur place sont déchues de leur fonction. UN comité de Salut Public est mis en place à partir de cette date. En clair, l’armée commet un putsch, l’armée prend le pouvoir politique. Face à ce coup de force de l’armée, le gouvernement ne réagit pas, pas plus que le PDR ou le Parlement. Les institutions politiques sont...