Origine de l'attachement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1156 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
John Bowlby (1907-1990) est un psychiatre et psychanalyste britannique, il est célèbre pour ses travaux sur l’attachement et la relation mère-enfant. Pour lui, les besoins fondamentaux du nouveau-né se situent au niveau des contacts physiques. Il intègre la Tavistock Clinic en 1946 et, grâce à son expérience pendant la guerre, l’organisation mondiale de la santé le nomme responsable d’une étudesur les besoins des enfants orphelins ; de cette étude va naître un rapport qui va provoquer l’intérêt et la critique des psychiatres et des psychanalystes (1949).

L’éthologie.
L’éthologie étudie l’animal dans son cadre de vie normal et non en laboratoire comme le font les behavioristes et neobehavioristes. On pourraît dire qu’en éthologie, l’animal pose un problème à l’homme tandis qu’enexpérimentation pavlovienne l’homme pose un problème à l’animal. Les fondateurs de l’éthologie sont K. Lorenz et N. Tinbergen, mais c’est avec les expériences de Harlow (1958) sur les singes Rhésus et les travaux parallèles de Bowlby sur le bébé humain que l’éthologie a vu s’ouvrir le champ des applications au comportement humain.
- John Bowlby s’est inspiré des travaux en éthologie faits parKonrad Lorenz sur l’observation des oiseaux (reportage sur le phénomène d’empreinte).
Konrad Lorenz était là lorsque l’oiseau sortait de sa coquille (il était donc la 1ère image que l’oiseau voyait). Les oiseaux s’attachent au 1er objet qu’ils voient lorsqu’ils sortent de l’œuf. On peut constater que Lorenz est suivi par des couvées entières. Ces dernières délaissaient même leur mère naturellepour le suivre !

- Les travaux de Harlow : Harlow a démontré la nécessité d’un lien d’attachement entre le bébé singe Rhésus et la mère, ainsi que toutes les implications qu’entraînait ce manque d’attachement.
Des jeunes singes Rhésus sont élevés dans un isolement social plus ou moins complet dès la naissance. Quand l’isolement social est total pendant les trois premiers mois on observeaprès l’arrêt de l’isolement quelques lacunes dans le développement social, mais un développement satisfaisant des fonctions cognitives. Quand l’isolement social dure plus de 6 à 12 mois, on observe une incapacité à tout développement social (ni manipulation, ni jeux sexuels).
Les résultats de cette expérience montrent que ces bébés singes, en grandissant, étaient devenus des singes adultesinadaptés à la vie sociale. Ils étaient incapable de s’accoupler à des individus de l’autre sexe, et manifestaient des comportements étranges et insolites très semblables à ceux qu’on observe chez les humains atteints de psychose.
Ces expériences montrent l’importance du besoin précoce d’attachement et les séquelles durables, voire définitives, qu’une carence précoce d’attachement provoque chez le bébéRhésus.

On pourrait aisément émettre l’hypothèse que l’enfant humain s’attache à sa mère et à son entourage par des mécanismes analogues ou semblables à ceux que l’on connaît chez l’animal. Ainsi, il paraît assez bien démontré que la rupture des liens, la carence de soins maternels provoquent chez l’animal des troubles semblables ou analogues à ceux que l’on connaît chez l’enfant humain.
Lajonction est établie avec toutes ses conséquences. Ce qui ne signifie pas une réduction de l’homme à l’animal. (Avec l’apparition du langage, l’enfant de l’homme se sépare pour toujours évidemment de ses simiesques cousins. Et même, au cours de la prime enfance les différences de morphologie, de motricité, de vitesse de croissance ne permettent jamais une stricte assimilation de l’homme ausinge). Mais, on est bien obligé d’admettre comme hypothèse la plus solide et la plus raisonnable, suite aux réactions que nous venons de constater que certains modèles du comportement animal sont valables pour la prime enfance de l’homme.

Dans le reportage, on propose aux bébés singes des mères artificielles, les bébés singes préfèrent les mères revêtues de chiffons doux aux mères en fils...
tracking img