Orwell thematique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1637 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Thématique : Georges Orwell, 1984.
La surveillance :

Je me nomme roland, tout juste âgé de 16 ans. J’habite un monde étrange. A cet instant précis, je me trouve seul dans une pièce fermée qui, à première vue n’a aucune particularité.
Et pourtant, je ne suis pas seul, je suis surveillé ! Par qui ? Pourquoi ?
Combien sont-ils.

Il me suffit de relever la tête pour découvrir cetétrange objet, fixé sur mon visage, espionnant tous mes faits et gestes et s’introduisant dans ma vie privée, Il s'agit bien sur de la webcam. Ma main plongée dans ma poche, j'en ressors un autre objet qui par son aspect me semble inoffensif. Il contient une certaine carte SIM... Petite merveille technologique permettant de me localiser à tous moments du jour et de la nuit.
Je suis obligé d'admettrequ'avant ma lecture mon ressenti vis-à-vis de la surveillance permanente fût assez indistinct. Bien que sachant être contrôlé, entouré de caméras vidéo surveillance ... Je n'imaginais pas ce que cela signifiait, à quel point cela pouvait influencer ma vie.
La surveillance se limitait à un concept extérieur auquel je ne portais presque aucune attention.
Au cours de ma lecture, j'ai relevé lethème de la surveillance qui pour moi fût prédominant. Au travers de ce livre, Orwell nous présente un monde futuriste dont le contrôle de la vie d'autrui est l'unique obsession.
J’ai particulièrement été touché par l’interprétation qu’en a faite Orwell. J’ai donc entrepris d’analyser ce thème : la surveillance que je diviserai en trois étapes.
Je débuterai par la surveillance de chaque individudans tous les aspects de la vie courante (le télécran…)
Je poursuivrai par l’aspect qui représente pour moi la pire violation c’est-à-dire la volonté absolue de contrôler l’esprit jusqu’à la pensée intime (la double pensée,…)
Et enfin, les moyens illégitimes à mes yeux, imaginés par des savants fous pour s’assurer un pouvoir absolu.

L’espionnage :

Winston Smith, protagoniste de ce récitvit dans le bloc Océania ( Iles Atlantiques, Océanie, L’Amérique et l’Afrique Austral) contrôlé par un seul et unique pouvoir politique : Le parti, dirigé par Big Brother en personne.
À travers la première partie de ce livre, nous découvrons ce monde oppressant qui ne laisse aucune liberté ni initiatives a ses citoyens.
-Groupe trente à quarante ! glapit une voix
perçante defemme.Groupe trente à quarante !
En place s’il vous plaît. Les trente à quarante.
Winston se mit rapidement au garde-à-vous en face
Du télécran sur lequel venait d’apparaître l’image
D’une femme assez jeune, fine, mais musclée, vêtue
D’une tunique et chaussée de sandales de gymnastique.
-Flexion et extension des bras lança-t-elle…
À travers cet extrait, nous remarquonsl’obstination du parti à même contrôler l’état physique des membres.

Parmi les différents moyens utilisés dans ce but nous trouvons le télécran qui pénètre dans la vie de chacun et plus particulièrement dans celle des membres du parti extérieur.
Sa première idée lui revint. Elle n’était probablement pas réellement un membre de la
Police de la Pensée, mais c’était précisément l’espion
Amateur quiétait le plus à craindre de tous. Il ne
Savait pas depuis combien de temps elle le regardait.
Peut-être était-ce depuis cinq bonnes minutes et il était possible que Winston n’ait pas maîtrisé
Complètement l’expression de son visage.
Il était terriblement dangereux de laisser les pensées s’égarer quand on était dans un lieu public ou dans le
champ d’un télécran. La moindre des choses pouvaitvous trahir. Un tic nerveux, un inconscient regard
d’anxiété « … » il y avait même un mot pour désigner cette offense. On l’appelait FACeCRIME.
Nous observons ici oppression qu’émet le télécran, la Police de la Pensée… sur la population de l’Océania.

Les membres du parti intérieurs ont le privilège de se déconnecter pendant une brève durée d’environ trente minutes.
Les prolétaires quant...
tracking img