Otan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (390 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
NON à l’intégration de la France dans l’OTAN
Intégration de la France à l’OTAN : pourquoi il faut dire NON !
En 1966, le Général de GAULLE a décidé de sortir du Commandement intégré de l’OTAN, afinde sauvegarder l’indépendance de la France et éviter d’avaliser de manière systématique les décisions parfois contestables prises par nos alliés américains.
Depuis lors, tous les gouvernantsfrançais, de droite et de gauche, ont respecté cette décision et se sont inscrits dans la logique gaulliste “alliés mais pas intégrés”. Cette logique consensuelle était même admise des Américains, quireconnaissaient notre singularité.
Aujourd’hui,  Nicolas Sarkozy désire, sur ce sujet, imposer sa marque et changer le cours des choses.
Il a donc décidé que la France réintègre le commandement intégré del’OTAN. Ce qui représente tout d’abord un symbole fort : la France s’aligne sur les Etats-Unis. 
Mais cette décision, au delà du symbole, est lourde de conséquences, et apparait à nombre de Françaiscomme dangereuse.
Car en effet quel est l’enjeu :
soit s’intégrer totalement à l’Alliance, c’est-à-dire disparaitre en tant que tel au sein d’une organisation commandée par les Américains : c’estmalheureusement la conséquence inéluctable du projet Sarkozy;
soit au contraire constituer un véritable pôle Européen de l’Alliance, capable de contrebalancer si nécessaire les décisions ouorientations américaines : ce qui  bien évidemment serait préférable et devrait mobiliser nos dirigeants.
Or, l’élection à la Présidence Américaine du candidat démocrate Barack Obama, qui a bien évidemmenttoute notre sympathie, ne change strictement rien à la volonté des Américains, et au contraire devrait renforcer notre vigilance sur des sujets de cette nature : en clair, s’être réjouis de l’électiond’Obama ne doit pas nous conduire à pencher désormais quoiqu’il arrive vers la position américaine sur des sujets géo-stratégiques mondiaux.

François Bayrou juge que c'est la fin d'une part de...
tracking img