Outsourcing

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9087 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
QU’EST-CE QUE LEXTERNALISATION Le terme «externaliser» est employé très couramment. Contraire ment aux apparences sa signification est loin d’être évidente pour les managers. Nous commencerons donc par proposer une définition de l’externalisation, en veillant à distinguer cette technique de la sous-traitance, du downsizing ou du reengineering Puis, nous proposerons une typologie permettant dedistinguer les quatre principaux types d’externalisation. L’EXTERNALISATION, UN PHÉNOMÈNE MAL CONNU Le concept d’externalisation est actuellement très en vogue auprès des managers. Mi2002, Ernst & Young et la Sofres ont effectué un sondage sur les pratiques d’externalisation en France. Le Baromètre Outsourcing 2002 se fonde sur un échantillon de 220 entreprises (150 grandes entre prises, 50entreprises du Nouveau Marché et 20 PME de la région Rhône Alpes). Les définitions de l’externalisation spontanément données par les managers sont résumées dans la figure 1.1 ci-après. D’après le Baromètre Outsourcing 2002, l’externalisation est encore fréquemment assimilée à la sous-traitance (29 %). 48 % des managers la définissent comme la « délégation d’une fonction». Les trois autres définitions quireviennent le plus souvent sont «se recentrer sur son métier de base>’ (15 %), « avoir recours à un spécialiste» (14 %) et «faire faire ce que l’on pourrait faire» (12%). Le concept d’externalisation n’est donc pas encore totalement clair pour tous les managers. Cette situation est exacerbée par le fait que l’externalisation peut prendre des formes multiples comme on le voit ci-dessous dans le casde l’informatique.

Les tendances récentes en matière d’externalisation de l’informatique Leslie Willcocks distingue sept tendances récentes en matière d’externalisation de l’informatique. Chaque tendance est illustrée à l’aide d’un exemple issu de l’actualité récente. L’externalisation offshore. L’externalisation de l’informatique auprès de prestataires situés dans des pays comme l’Irlande,Israël, la Malaisie ,la Hongrie, le Mexique, les Philippines, l’Egypte et l’inde se développe rapidement. A titre d’illustration, Sainsbury’s, une grande chaîne de grande distribution britannique, a fait réaliser par des prestataires indiens tout le travail de conversion pour le passage à l’an 2000. •L’externalisation à valeur ajoutée. Plutôt que de fixer la rémunération des prestataires lors de lasignature du contrat, l’externalisation à valeur ajoutée consiste à rémunérer le prestataire en fonction de la valeur qu’il crée. A titre d’illustration, EDS a été chargé par Xerox de mettre au point

un système de distribution de documents électroniques. La rémunération d’EDS varie selon les revenus générés par ce système. L’externalisation avec prise de participation. En 1996, Swiss Bank asigné un contrat d’externalisation d’une valeur dd 6,25 milliards de dollars avec Perot Systems. D’une durée de vingt-cinq ans, cette alliance propose des solutions «client-serveur>< aux autres banques. Aux termes de cet accord, Swiss Bank a la possibilité d’acquérir jusqu’à 25 % du capital de Perot Systems. •L’externalisation multiple. L’externalisation multiple permet d’éviter les risques inhérentsà l’externalisation non auprès d’un prestataire unique. L’inconvénient de cette formule réside dans les coûts de gestion qu’elle génère. En juillet 1996 par exemple, JP Morgan a signé un contrat de 2,1 milliards de dollars avec quatre grands prestataires — Computer Sciences Corporation, Andersen Consulting, ATT Solutions et BelI Atlantic Network Integration — pour une durée de sept ans.

•Lacoexternalisation.
La coexternalisation consiste à lier la rémunération du prestataire à l’atteinte de certains objectifs. En 1996, Perot Systems a conclu un accord de coexternalisation avec Citibank, prévoyant que Perot Systems serait rémunéré en fonction des revenus générés par le système qu’il avait mis en place.

•La création de filiales.
La création de filiales est une autre forme...
tracking img