Paix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1150 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Article « Paix » de Damilaville
de l’Encyclopédie

Problématique : En quoi ce texte intitulé « Paix » constitue-t-il en fait un
réquisitoire contre la guerre ?

(Lecture linéaire)

I. Premier paragraphe : métaphore de la guerre en maladie, opposition
Guerre/Paix :

a)Début du texte : guerre présentée comme une maladie :- l 1 : « c’est une maladie convulsive »
- Cette métaphore a pour but d’insister sur le fait que la guerre est mauvaise pour l’Homme.
- Métaphore complétée par le champ lexical de la maladie et de la santé : « corps », « santé », « vigueur », « membres », « plaies profondes », « guérir ».
C’est donc une métaphore filée qui permet d’insister sur la maladie
- De plus : l’Etat estcomparé à un « corps politique » ce qui renforce la métaphore de la maladie.
Ce corps est malade en l’état de guerre et sain en l’état de paix.

La guerre est donc présentée comme un état de trouble pouvant comme une maladie conduire à la mort (Parallèle facultatif : idée que l’on retrouve chez Rousseau pour qui la guerre résulte d’une détérioration de la nature humaine, non portéeoriginellement à détruire).

b)L’opposition guerre / paix :

- Opposition (donc antithèse) entre : - l’état anormal et maladif : la guerre
Qui provoque la destruction, le désordre, la
détérioration.
- l’état naturel, utile, efficace : la paix
Qui établitla prospérité pour tous les peuples.
- Pour la guerre, l’auteur utilise des termes critiques très forts :
ex : « se taire », « violente » …
registre polémique qui permet de critiquer la guerre
- L’auteur oppose la guerre et la paix en opposant leurs champs lexicaux :

Par exemple :

La Paix
La Guerre
« santé »
« maladie convulsive et violente »
« ordre »
« désordre »
« elleprocure le bonheur »
« elle rend incertaine la liberté et la prospérité »

- L’auteur énumère (accumulation et juxtaposition de phrases courtes qui attirent l’attention du lecteur = éloquence) tout d’abord les bienfaits, les aspects positifs et constructifs de la Paix : développement économique, la liberté, le bonheur
et ensuite les méfaits, les aspects destructifs de la Guerre : la ruine, ledésordre social, plus de libertés et le désastre économique.
- En plus l’auteur utilise des termes antithétiques :
« les triomphes les plus éclatants » ≠ « la perte d’une multitude de ses membres ».
Montre un total déséquilibre entre ce qu’apporte la guerre et ce qu’elle fait disparaître.

A travers cette opposition, Damilaville fait l’éloge de la Paix et le Blâme de la guerre et nousmontre que les victoires guerrières ne compensent jamais les horreurs commises.

II. Deuxième paragraphe : critique du comportement de nations et des princes :

a) Une situation hypothétique :

- Damilaville suppose une situation dominée par la raison (la Paix) avec le « Si » du début puis par la présence de conditionnels : « verraient »,  « marqueraient », « saisiraient »,« regarderaient », « sentiraient ».
Insiste sur l’hypothétique et l’irréel.
- Il utilise des négations : « on ne les verraient point », « ils ne marqueraient point », « ils ne saisiraient point », « ils ne regarderaient point ».
Permet une dénonciation de la guerre plus efficace que si la formulation avait été affirmative.
- L’auteur compare ensuite le comportement des hommes à celui de « bêtesféroces » ayant une avidité de se battre « ils ne saisiraient point ».
Cette image montre que la violence transforme l’être humain en être inhumain.

- Parallèlement, Il fait ensuite une allusion aux bienfaits de la Paix : « tranquillité », «bonheur », « satisfaits ».

A travers cette situation hypothétique, Damilaville fait donc une opposition entre la violence « fureurs », ...
tracking img