Panama

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2615 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’échec du canal de Panama
Des grandes espérances à la détresse financière

INTRODUCTION
Construit sous la direction de Ferdinand de
Lesseps et ouvert à la circulation maritime
en 1869, le canal de Suez est une des grandes réussites du XIXe siècle.
Il existait un autre verrou de même nature : le passage
de l’ouest du continent américain à l’est,
de l’océan Pacifique à l’océan AtlantiqueFort de son premier succès,
tel un général vainqueur de la première
bataille, Ferdinand de Lesseps a
souhaité faire une seconde tentative, qui
paraissait d’autant plus réalisable après
une analyse superficielle que la distance à
creuser à Panama était à peine la moitié de
celle de Suez. Lesseps a, selon son habitude,
forcé le destin pour créer la compagnie
française du canal de Panama,mais sa
volonté n’a pas suffi à éviter la débâcle
financière et un scandale de premier ordre. Peu
d’hommes n’ayant pas de fonctions gouvernementales
ont reçu autant de récompenses
et d’honneurs pendant les
quinze années qui suivront. Membre de
l’Académie des sciences, membre de
l’Académie française où il est parrainé par
Victor Hugo lui-même

Source primaire : Les documents de laCompagnie
universelle du canal de Panama
sources secondaires

I – LE TEMPS DES GRANDES
ESPÉRANCES:
COULEUVRE À TRANCHER
ET COULEUVRES À AVALER
Le canal de Panama actuel a environ
77 kilomètres de long. il traverse une montagne, la Couleuvre
en français et la Culebra en espagnol,
qui culmine à 98 mètres au-dessus du
niveau de la mer. Faire une tranchée dans
cette montagne était la difficultémajeure
du percement du canal, et une des raisons de l’échec de la société interocéanique du
canal de Panama
En 1513, 21 ans après la découverte
du nouveau continent par Christophe
Colomb, Vasco Nuñez de Bilbao arrive,
avec une poignée de mercenaires, face à
l’océan Pacifique qu’ils appelleront la Mer
du Sud. Magellan sera obligé de faire un large
détour pour conquérir le Pacifique
en1804, Humboldt
visite le site et croit à la possibilité d’un
canal. Évoquée par Goethe, l’idée est
reprise par les Français qui vont d’échec en
échec : le syndicat d’étude Salomon (1838),
la mission envoyée par le roi Louis-Philippe
en 1843 (Garella, 1845), le projet Louis-
Napoléon (1846), la compagnie française
pour la construction d’un chemin de fer
(1847) sont autant de revers nonconcrétisés
(Liot, 1849). Les Américains ne sont pas en
reste : le Panama Rail Road (1848) reprend
immédiatement la concession française. La Société
Française de Géographie, en 1876, décide
enfin de reprendre un projet de canal plus
sérieusement

1. Création de la société française
du canal
Wyse termine sa mission en
passant un accord avec le Panama Rail
Road, titulaire de la concession duchemin
de fer depuis 1848 et avec le gouvernement
Colombien7 pour la concession du canal
Interocéanique
Lesseps décide de préparer un Congrès
International d’études du canal interocéanique,
qui se réunit à Paris en mai 1879.
Cinquante projets différents sont présentés
Le coût approximatif
du projet est fixé à 1,174 million de
francs Le congrès plébiscite
Ferdinand de Lesseps et luiaccorde un blanc-seing, alors qu’il n’a
encore aucune légitimité à construire ce
second canal « Si l’on demande à un général qui a
gagné une première bataille s’il veut en
gagner une seconde, il ne peut pas refuser» En mai 1879, un consensus se dégage pour
le tracé d’un canal à niveau sur l’isthme de
Panama et Ferdinand de Lesseps accepte la direction de l’entreprise deux millions
de francsnécessaires à payer au gouvernement
colombien le droit de concession. Le
5 juillet 1879, il rachète, pour le compte de
la société à venir, la concession de Bonaparte
Wyse, ses études, ses plans et ses
contrats passés avec la Panama Rail Road. la première émission
d’actions portant sur 400 millions est
proposée au public : elle n’a pratiquement
pas de souscripteurs. La communication
prend...
tracking img