Pantagruel - chapitre 8

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2329 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pantagruel, chapitre VIII.

Gargantua écrit une lettre à son fils, Pantagruel, qui est à Paris, pour lui donner quelques conseils. Pantagruel est très intelligent et son père veut qu’il profite de cela pour bien se former. Gargantua commence à parler de son admiration en Dieu et de l’héritage des pêchés dans les familles, jusqu’à le jugement final. Tout de suite il commente l’immortalité del’homme face au corps, et juste après il commence à parler de son vrai but : la formation de son fils. Il lui dit que comme il va mourir, il veut le voir « une seule fois dans sa vie » très bien formé car il a tous les moyens pour acquérir une très bonne formation. Gargantua admire le nouveau système éducatif et il fait une critique le système de son époque, et exactement pour cela il veut que sonfils apprenne toutes les choses possibles, surtout le savoir politique. Il lui conseille aussi, après avoir beaucoup étudié, d’apprendre la chevalerie, et surtout qu’il soit un bon homme puisque quand il meure, il devra accepter la parole de Dieu ; une autre fois il parle du jugement final. Et finalement Gargantua finit par lui indiquer comment traiter les personnes.

Rabelais écrit en moyenfrançais, donc on va faire une traduction en français moderne et en espagnol du texte choisi.

Voici en français moderne :

« Pour parfaire et consommer cette entreprise , il te peut assez souvenir comment je n’ai rien épargné ; mais je t’ai secouru ainsi, comme si je n’avais pas d’autre trésor en ce monde que l’espérance de te voir accomplit et parfait une fois dans ma vie, aussi bien en vertu,en noblesse de cœur et en sagesse comme un tout savoir signe d’un homme libre et noble de cœur, et après ma mort te laisser ainsi : comme un miroir représentant la figure de moi ton père, si excellent et de tel fait comme je souhaite, sinon dans tes actes, du moins dans tes intentions. Mais encore que mon feu père, Grandgousier, présent encore dans toute ma mémoire, a consacré tout son effort à mevoir progresser en toute perfection et savoir politique, et que mon travail et mon application correspondirent tout à fait son désir, et même allassent encore plus, toutefois, comme tu peux bien comprendre, le temps n’était pas aussi favorable et commode pour l’étude des lettres comme cela l’est au présent, et je me disposais pas de professeurs que tu as eus. Cette époque-là était encoreténébreuse et on a senti les malheurs et la calamité causés par les Gothz qui ont détruit toute bonne littérature. Et même si, à mon époque, on a donné aux lettres le caractère de bonté divine, valeur et dignité, maintenant j’y vois tel amélioration qu’à présent je serais difficilement admis dans la classe élémentaire des jeunes potages, moi, qui, en mon âge mûr, était réputé (non à tord) comme le plussavant du siècle. Ce que je ne dis pas par simple jactance - et je pourrai louablement le faire en t’écrivant avec l’autorité de Marc Tulle, en son livre de Vieillesse, et de la sentence de Plutarche dans son livre intitulé : Comment on peut faire éloges sans envie -, mais pour te donner mes désirs de viser plus hauts ».

Et voici en espagnol :

« Para perfeccionar y consumir esta empresa,puedes recordar bastante cómo no he ahorrado nada; pero yo te he cuidado así, como si no tuviera otro tesoro en este mundo que la esperanza de verte completo y perfecto una sola vez en mi vida, tanto en virtud, en nobleza de corazón y en sabiduría como en todo saber digno de un hombre libre y noble de corazón, y después de mi muerte dejarte así: como un espejo representando la persona de yo, tu padre,tan excelente y de la manera que yo deseo, si no en tus actos al menos en tus intenciones. Pero aún que mi difunto padre, Grandgousier, presente todavía en mi memoria, ha dedicado todo su esfuerzo a verme progresar con toda perfección y en saber político, a lo que mi trabajo y aplicación correspondieron totalmente con sus deseos, y aún más, aunque, como puedes entender bien, el tiempo no...
tracking img