Pantoum

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1891 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Définition[modifier]

La forme fixe du pantoum, ou plus exactement pantoun, est définie par Théodore de Banville dans son Petit traité de Poésie Française.
Le pantoun consiste en une suite de quatrains (d'octosyllabes ou de décasyllabes - le même mètre est conservé dans tout le poème.) où s'appliquent deux systèmes de reprises :
le deuxième et le quatrième vers de chaque strophe sont reprisrespectivement comme premier et troisième vers de la strophe suivante,
le tout dernier vers du poème reprend le premier.
L'alternance des rimes masculines et féminines impose un nombre de quatrains pair. Le nombre de quatrains est illimité, mais doit être supérieur à six.
Cette forme permet de donner au poème une musicalité particulière très typée.
La particularité vraiment originale du pantoumréside dans le sens : il développe dans chaque strophe, tout au long du poème, deux idées différentes :
La première idée, contenue dans les deux premiers vers de chaque strophe, est généralement extérieure et pittoresque.
La deuxième idée, contenue dans les deux derniers vers de chaque strophe, est généralement intime et morale.
Dans un pantoun, il faut éviter de travailler par vers-phrase :un vers doit se connecter au vers qui le précède dans un quatrain comme au vers qui lui succède dans le quatrain suivant sans pour autant constituer un vers totalement indépendant d'un point de vue syntaxique ; il peut ne contenir que des compléments sans verbe ou des subordonnées auxquelles l'adresse du poète pourra donner plusieurs sens suivant le vers qu'elles complètent.
De plus les deuxdistiques constituant un quatrain sont indépendants l'un de l'autre, le second vers devant impérativement se terminer sur une ponctuation forte : point, point d'exclamation, point d'interrogation. Cette ponctuation est rendue impérative par la présence des deux thèmes qui n'enjambent jamais l'un sur l'autre.
Une erreur fréquemment commise est de prendre le poème "Harmonie du soir" de Baudelaire commeexemple de pantoun. Pourtant ce poème n'a qu'un vague lien avec cette forme, comme nous le verrons plus bas. Les exemples les plus aboutis de pantouns sont à rechercher chez Leconte de Lisle.
Origine
Le pantoum français dérive du « pantun berkait » malais, c'est-à-dire "pantoun enchaîné", à cause du mécanisme de reprise des vers. Un pantun malais en tant que tel est constitué d'un quatrainunique.
Histoire du pantoum en France[modifier]

« Dans une des notes de ses Orientales, Victor Hugo, en 1828, avait cité, traduite en prose, une poésie malaise de cette forme1, d'où se dégageait une séduction singulière, due non seulement à la répétition des vers selon un certain ordre, mais au parallélisme de deux idées se poursuivant de strophe en strophe, sans jamais se confondre, ni pourtant seséparer non plus, en vertu d'affinité mystérieuses.
Un poète érudit, Charles Asselineau, essaya de constituer un poème français sur ce modèle, et y parvint. Théodore de Banville marcha sur ses traces ; Leconte de Lisle écrivit à son tour quelques pantoums, sur un sujet qui ramenait le poème à son pays d'origine, car il les intitula : Pantoums Malais. C'était, en cinq courtes pièces, une histoired'amour, terminée par les lamentations de l'amant, meurtrier de la femme infidèle. » (Auguste Dorchain)
Exemples[modifier]

La deuxième occurrence des vers répétés est mise en évidence en gras.
Pantoum malais, tel que rapporté par Victor Hugo dans Les Orientales[modifier]
Le poème qui suit, traduction en prose d'un poème malais par un érudit de l'époque reprise par Victor Hugo dans les notesdes Orientales, est le premier exemple de pantoum apparu en France - voir la section Histoire du pantoum :

Les papillons jouent à l'entour sur leurs ailes ;
Ils volent vers la mer, près de la chaîne des rochers.
Mon cœur s'est senti malade dans ma poitrine,
Depuis mes premiers jours jusqu'à l'heure présente.

Ils volent vers la mer, près de la chaîne de rochers...
Le vautour dirige son...
tracking img