Paraphrase du psaume cxlv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1197 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction:
François de Malherbe, né à Caen en 1555 est mort à Paris le 16 octobre 1628 il «était un poète français.Issu d’une famille noble décida d'ecrire de nombreuses oeuvres dont la suivante qui s'intitule « Paraphrase du Psaume CXLV». Malherbe s'est souvent inspiré du baroque pour écrire ses textes. Dans celui ci il s'oppose à l'idealisme et utilise les valeurs classiques parmi desgrandes thématiques baroque comme la fragilité, l’éphémère, l’inconstance, le mouvement, la métamorphose, le rêve et l’illusion. Malherbe a écrit ce texte pendant une période d’instabilité politique, l'homme baroque doute sur la réalité et la pérennité des choses et des valeurs. Ce poème qui est une reprise d’un texte sacré, le psaume CXLV et il met en avant ces valeurs et se questionne sur l'inégalitéentre citoyens et homme de la bourgeoisie. Nous verrons que le poète va faire ici un tableau baroque des vanités, une leçon des valeurs classiques de stoïcisme dans un psaume lyrique.

I) Tableau baroque des vanités:
1) Un pouvoir trompeur:
On peut dire que c'est un tableau des vanités du pouvoir des rois car la vision qui nous est proposée du pouvoir semble négative. Ce poème montre surtoutque le pouvoir sous toute ses formes, est illusoire. Malherbe se contente alors de peindre comme un tableau un modèle avec des valeurs plus pérennes.En effet, il présente son pouvoir comme inexistant. La seule supériorité à laquelle il peut prétendre est tellement vague qu’il ne se sent pas inferieur. c’est ce que souligne la phrase « ils sont comme nous sommes ». Cette idée est reprise dans lesdeux sizains, ce qui crée une accélération car avant cela les alexandrins créaient un rythme plus lent. La vie selon Malherbe est une illusion. Il le souligne avec les vers « les promesses du monde » qui ne seront sans doute pas tenues.Malherbe utilise deux métaphores, « Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde », ce qui donne ici une idée de transparence et d'insaisissable qui donne l'idéede mensonges. Le fait qu'elles brillent: « lumière » est attirant comme une étoile mais cependant elle reste insaisissables comme les promesses. En résumé, la vie apparaît comme inutile, comme l’indique le lexique de la vanité : « vanités », « En vain », « vaines ». Ensuite Il met en avant qu'il est un homme mortel, en le mettant en évidence avec l'adverbe « véritablement ». Malherbe rididuliseles rois jusque dans leurs tombeaux en disant « mangés des vers » « leurs âmes hautaines Font encore les vaines »,l'auteur donne ici une vue dérisoire des rois même une fois décédés. Il insiste avec les deux mots mis a la suite « vaines » et « vers » : Enfin, Malherbe souligne le fait qu'un nom et le pourvoir ne sont eternels: « Là se perdent ces noms », tout comme le « sceptre », symbole dupouvoir.

2) Un modèle à suivre:
On a vu précédemment que Malherbe faisait une critique du pouvoir et il semble tracé en même temps un autre modèle de vie que celui de la cour. On a le sentiment que l'auteur fait le bilan de sa vie. Il semble qu'il ai courut une bonne partie de sa vie apres ses vanités pour finalement se rendre compte de l'inutilité de l'homme sur terre. Tout le long ce poème lepoète cherche à faire réflechir l'homme à la façon dont il vie: perdre son temps ou être dirigé pas des gens comme le reste du monde. C'est comme une allégorie de l'homme en général qui se préocupe plus de ses devoirs, plutôt que ses envies. Il décide donc de mettre Dieu en avant dans les deux sizains qui terminent la première strophe pour affirmer qu'il faut se consacrer à la vie de son âme: « C'estDieu qui nous fait vivre , C'est Dieu qu'il faut aimer », la se trouve le pouvoir réel, le pouvoir qui n’a pas besoin de se mettre en avant, qui n’est ni fier, ni orgueilleux, qui n’a besoin ni de se défendre, ni de se justifier.
II) Une leçon classique du stoïcisme
1)Un avertissement
C'est une leçon de stoïcisme car Malherbe donne l'impression que le monde est habitué a une douleur...
tracking img