Pareto

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1363 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PARETO DISCIPLE DE WALRAS ?

I) Présentation :

Vilfredo Pareto était un sociologue et économiste italien. Il est née à Paris le 15 juillet 1848 et mort en Suisse en 1923. C’est un éminent représentant du courant néoclassique et plus particulièrement avec le Français Léon Walras de l’Ecole de Lausanne.
Ses ouvrages majeurs sont son « Cours d’économie politique » (1896) et son Manueld’économie politique (1909).

Pareto a entretenu une étroite relation avec le Français et prendra même sa place de maître de conférence à l’université de Lausanne en Suisse à la place de Walras qui le lui a proposé. Pareto sera d’ailleurs le dernier grand représentant de cette école et elle disparaîtra avec la mort de Pareto en 1923.

Ainsi l’Ecole de Lausanne est constitué par les économistesnéoclassiques qui ont poursuivi les travaux de Walras sur l’équilibre général.
On peut déjà dire que Pareto est dans un certain sens un disciple de Walras.
La question est maintenant de savoir s’il existe des divergences d’opinion entre les deux néoclassique.

II) Le principe de l’utilité chez Pareto

Pareto reprendra donc les travaux de Walras, il est très admiratif de l’homme et de son travail qu’ilqualifiera de capital et défendra souvent le « Savant » Walras.

Il va en fait reprendre le principe de l’équilibre général développé par Walras et tenter de l’amélioré.

Pareto va tenter de redéfinir la notion d’utilité et il y a ici une première différence avec Walras :
Les économistes considéraient que l’individu rationnel était capable de déterminer le niveau absolu d’utilité que luiprocurait la consommation d’un produit. On supposait donc implicitement que l’utilité pouvait se mesurer sur une échelle quantitative, dite « cardinale ».
PARETO va introduire le principe plus réaliste d'utilité ordinale : ici l’individu rationnel sera seulement capable de hiérarchiser ses préférences, de dire s’il préfère une combinaison de quantités de deux produits X et Y à une autre. Il va doncutiliser les courbes d’indifférence imaginées par Francis EDGEWORTH dont la définition pouvait s’accommoder à la fois d’une conception cardinale et ordinale de l’utilité.

EXPLICATION

On peut donc dire que Pareto est ici un disciple fidèle de Walras pour avoir repris la base de son raisonnement de l’utilité marginale, mais c’est un disciple qui va tenter d’amélioré les travaux de sonprédécesseur.

III) Critique de la notion de valeur

En revanche là ou le disciple va énormément se différencier de Walras, c’est dans la définition et la cause de la valeur d’une marchandise.
Il nous dit que la valeur d’échange est déterminée en même temps que l’équilibre économique et que celui ci naît de l’opposition entre les goûts et les obstacles. Il continu « Celui qui ne regarde que d’un cotéet considère uniquement les goûts, croit qu’ils déterminent exclusivement les prix et trouve donc la cause de la valeur dans l’utilité » Par là il évoque donc Walras qui voyait justement comme cause de la valeur l’utilité marginale !
Au passage il va aussi critiquer les classiques en disant que prendre le travail comme source de la valeur, est en faîte une théorie pas forcément fausse maisincomplète.
En fait pour lui les économistes pour pouvoir appuyer leur théorie vont se permettre de négliger ou d’écarter des éléments afin un peu de se simplifier la tache. Il évoque ainsi Marx qui à fait en sorte d’éliminer d’autres facteurs explicatifs afin qu’il ne reste que le travail comme seule source de valeur. Pour lui les anciennes théories ne sont pas valables car bcp trop vague et imprécisecar trop minimaliste. Il dit «  Tout cela est dissimulé par le vague et le défaut de précisions des définitions, par un cliquetis de mots qui ne semblent vouloir dire quelque chose et sous lequel il n’y a rien.

Pour montrer que les précédentes théories ne valent rien il prend l’exemple des marchandises qui se vendent en gros, car la caractéristique de ces marchandises n’ont pas de...
tracking img