Parfum exotique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La poésie lyrique

1. La lyre, instrument des dieux

L’adjectif lyrique est dérivé du mot grec "lura" qui désignait « la lyre », instrument de musique antique dont on se servait pouraccompagner les chants et les hymnes religieux. La poésie lyrique, dont Orphée est le symbole, est une mélodie qui associe l’expression du moi et la musicalité.
Selon la mythologie grecque, la lyre fut conçuepar le dieu Hermès, encore enfant, à l’aide d’une carapace de tortue à laquelle furent attachées sept cordes. Cet instrument fut offert à Apollon qui en jouait, entouré des Muses. Il appartintensuite à Orphée, le fils d’Apollon, qui reçut de son père le don de charmer la nature. Il captivait par ses chants tous ceux qu’il approchait : les personnes, les animaux, les arbres et même les rochers.Il est le symbole de la puissance des émotions que la poésie peut transmettre.

2. Les principaux thèmes lyriques

Le lyrisme est fondé sur le désir de faire partager au lecteur les sentiments etles émotions que l’on éprouve. La poésie lyrique exprime les passions qui animent le cœur humain.
Ce sont avant tout les grandes préoccupations humaines :

➢ L’amour qui peut être vécu avecdouceur ou passion. Il peut être heureux ou malheureux, comblé ou déçu. (Cf. « Je vis, je meurs… », Sonnets, 1555, Louise LABÉ, « Vieille chanson du jeune temps », Les Contemplations, 1856, VictorHUGO, « Parfum exotique », Les fleurs du mal, Charles BAUDELAIRE, « Mon rêve familier », Poèmes saturniens, 1866, Paul VERLAINE, « La courbe de tes yeux… », Capitale de la douleur, 1926, « Je t’aime »,Le Phénix, 1950, « Les mains d’Elsa », Le Fou d’Elsa, 1963).

➢ La mort qui obsède les poètes parce qu’elle est inévitable et qu’elle place les humains face à l’inconnu, source d’angoisse. (Cf.« Je n’ai plus que les os… », Derniers vers, 1586, Pierre De RONSARD, « Demain, dès l’aube… », 1847, Les Contemplations, « Notre vie », le temps déborde, 1947, Paul ELUARD).

➢ Le temps qui...
tracking img