Parler plus vs parler mieux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1063 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
a) Parler ‘plus’ vs parler ‘mieux’

Des avantages souvent imputés à l'Internet – l’espace illimité, le long terme du stockage de l’information, la liberté de s’exprimer etc, peuvent parfois jouer un rôle ambigüe. Internet devient la rivière dont chacun peut ‘flooder’ de manière continue. On est capable de parler avec plusieurs amis en même temps, envoyer les courts message toute lajournée, marquer sa présence sur plusieurs plateformes (‘like’ une photo sur Facebook, puis la discuter sur Skype, laisser un commentaire sur LiveJournal), - évidement on communique beaucoup plus grâce à l’absence des barrières desquels il s’agissait ci-dessus, mais la question qui se pose naturellement est la suivante : est-ce que parler plus va dire parler mieux ? Est-ce que le nombre desinteractions grandissant contribue à la profondeur des conversations ? La réponse est non. En 1967 Guy Debord a introduit la notion pour décrire la société de l’époque, dont les traits sont très proches à ce qu’on voit apparaitre sur Internet aujourd’hui, - il s’agit de la "société du spectacle". L’auteur a mis l'accent sur le caractère artificiel des relations interpersonnelles et le rôle del’imaginaire. «Le spectacle n'est pas un ensemble d'images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images»[1]. On pourrait facilement extrapoler cette approche aux «identité virtuelle» de l’Internet. Le profil de chaque utilisateur ressemble au masque qu’on voit aux carnavals de Venise. La quantité de maquillage et des accessoires (lire: le nombre des ‘posts’ et commentaires sur dessites) participent à la création de l’image inoubliable, mais le plus il y en a, le plus le vrai visage est caché. Donc est-il vraiment possible de parler mieux si on se rend compte que nos interlocuteurs ne sont pas toujours pour qui nous les prenons.

b) La langue vs l’argot

La deuxième raison pour laquelle Internet n’améliore pas la communication est la détérioration de la langue. Lenouveau besoin de s’exprimer partout où il l’est possible, exige le nouveau langage – plus courant, plus vite à taper, plus explicite. Les linguistes préfèrent fermer les yeux que voir ce qui devient la langue moderne avec des nombreuses fautes et abréviations. Parler l’argot ‘internautique’ veut-il dire parler mieux? C’est douteux. Remplacer les lettres par chiffres et ne pas suivre les règlesd’orthographe est un moyen très commode d’avoir des conversations rapides, mais cette tendance en générale ne fait que menacer la culture de la langue. Est-ce que l’utilisation d’une centaine de mots pour se communiquer, 50% desquels ne sont pas plus longs que 5 lettres et les autres 50% sont des gros mots veut dire – parler mieux ?

c) L’expérience vs le sentiment de l’expérience

Uneautre menace pour la communication via Internet est la substitution de l’expérience par le sentiment de l’expérience. On est paresseux d’aller visiter nos amis à l’autre bout de la ville, on se sent mieux avec le ‘conference-call’ et le G-talk. Dans les ‘chambres’ de nos chats avec des smileys on sent plus de confort que dans les restos avec des amis et vraies fleurs, tasses de thé et sourires.Pourquoi essayer à construire la réalité s’il existe déjà une autre, peut-être plus virtuelle mais plus accessible quand même. Une émotion privée née près de l’écran de l’ordinateur remplace une expérience collective. Jean Baudrillard affirme que dans notre société actuelle, le simulacre avait remplacé l'original, on se trouve dans la « hyper-réalité » où le vrai est effacé ou remplacé par lessignes de son existence[2]. Revenant a la question principale, il faut ajouter que Internet ne peut pas nous aider à mieux parler, parce que à l’Internet ‘nous’ ne sommes plus ‘nous’, mais des ombres de nos projections. Parcourir nos pages Facebook nous donne un «sentiment » de relation. Mais relations avec qui ? Avec des amis réduits à la taille d’un poster sur un mur? Ce sentiment ne peut pas...
tracking img