Parti liberal en grande bretagne 1906 1924

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1681 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE PARTI LIBERAL EN GRANDE-BRETAGNE, 1906-1924. Agrégation externe et interne d’Anglais Claire Charlot (Rennes 2) et Antoine Capet (Rouen) clairecharlot@wanadoo.fr antcapet@aol.com Introduction La question au programme est une question d’histoire politique. Il s’agira d’étudier l’évolution du Parti libéral, de son apogée en 1906 à son déclin en 1924. La question essentielle sera d’examinercomment un grand parti au sommet de sa gloire a pu connaître un déclin qui fera d’un parti majoritaire un tiers-parti. Il conviendra de déterminer les faiblesses et les forces des gouvernements libéraux de 1906 à 1924, et d’évaluer la part des différents facteurs de déclin et de succès. Il ne sera pas question ici de donner aux étudiants un savoir encyclopédique sur la question du suffrage féminin, surla question irlandaise ou sur les autres controverses mais d’étudier au contraire comment ces différents facteurs ont pu affaiblir le gouvernement ou le renforcer et ainsi amener une recomposition du paysage politique à l’aube du XXe siècle. L’analyse du Parti libéral sera à replacer dans le contexte d’un système politique en pleine mutation et celui d’un programme de réformes significatif danscertains domaines qui ont fait la gloire du Parti libéral. Il faudra résister ici à la tentation de faire des parallèles avec la situation actuelle, si intéressante soit-elle (gouvernement de coalition Conservateur/Libéral-démocrate) car ce n’est ici pas la question. Cette problématique de l’apogée et du déclin a été envisagée par de nombreux historiens et a donné lieu à un débat historiographiquedont il sera attendu que les étudiants en aient eu connaissance. Argumentaire Devenu une force politique incontournable dans la seconde moitié du XIXe siècle, le Parti libéral accède de nouveau au pouvoir en décembre 1905, suite à la démission d’Arthur Balfour, puis il remporte les élections législatives de 1906, porté par un raz-de-marée électoral. Pourtant, moins de vingt ans plus tard, en 1924,le Parti libéral a pratiquement cessé d’exister et n’a plus au Parlement qu’une représentation symbolique en comparaison de ce qu’il avait connu en 1906. Cette situation, inédite jusque là pour un parti politique, offre un contraste saisissant au regard des réformes entreprises durant la période 1906-1924 et de l’influence de l’idéologie libérale. 1906 s’annonce sous de bons auspices. Convaincusqu’un minimum d’intervention de l’État s’impose, les « Nouveaux Libéraux » (New Liberals), au niveau national, ou les « Forces de progrès » (the Progressives), au niveau local, deviennent les artisans de réformes sociales sur des enjeux qui fonderont plus tard l’État-Providence moderne (Welfare State), avec la réforme des retraites et la mise en place d’un système d’assurances en 1911 (naissanced’un Social Security State). Les réformes entreprises touchent également les secteurs économiques, financiers et politiques. Durant toute la période, le rôle des personnalités politiques (Campbell-Bannerman, Asquith, Lloyd George ou encore MacDonald, Balfour, Baldwin) s’avère capital dans l’évolution du Parti libéral et dans les liens qu’il entretient avec les autres partis qui, à divers moments,l’aident à gagner des sièges aux élections ou à rester au pouvoir grâce à leur soutien, moyennant des concessions politiques non négligeables, comme l’autonomie irlandaise. Paradoxalement, d’un point de vue idéologique, la rapidité des réformes engagées par les Libéraux, de 1906 à 1924, les amène rapidement à se repositionner face aux autres formations

politiques. Les fers de lance libéraux comme lalutte contre l’alcoolisme, le désétablissement de l’Église galloise ou encore les réformes sociales n’ont plus lieu d’exister puisque les problèmes sont en passe d’être réglés après-guerre par la voie législative. De plus, les luttes fratricides au sein du Parti libéral l’affaiblissent et permettent à son concurrent travailliste de prendre peu à peu l’avantage pour finir par le supplanter....
tracking img