Parti politique, wallonie d'abord.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3196 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Carte d’identité du parti « Wallonie d’abord ! »
Dans la vague de mécontentement national généré par la crise institutionnelle, plusieurs partis alternatifs ont fait leur apparition sur la scène politique belge. L’un des plus singulier est « Wallonie d’abord ! ». A travers cette note documentaire, nous avons tenté de comprendre de façon concise et synthétique l’amont et l’aval de ce parti, sonentière structure. De son organigramme à son contenu idéologique. Ainsi, nous pourrons nous énoncer sur les chances de survie de « Wallonie d’abord ! » dans le paysage politique de la Belgique.
1. De l’histoire d’une dissidence à une structure propre et singulière :
Afin de bien comprendre le parti politique du nom de « Wallonie d’abord ! » - que nous nommerons aussi « WaD ! »-, il seraitporteur de se référer à ses origines, jusqu’au front national de Daniel Féret fondé en 1985. En effet, ce dernier a été secoué par pas moins de 30 scissions et dissidences. Cependant, par soucis de clarté nous limiterons notre analyse historique de façon succincte à son prédécesseur, Force Nationale, et ensuite à « Wallonie d'abord ! » lui-même.
En 2004, une nouvelle dissidence du Front Nationalapparaît, « Force Nationale ». Elle est le résultat de la coopération d’anciens élus du FN, Francis Detraux et Juan Lemmens. A ceux-ci s’associera l’épouse de monsieur Detraux, Jacqueline Merveille, ancienne secrétaire politique du Front National de 1985. Les propositions idéologiques de ce dernier sont une parfaite copie de celles du FN. En 2006, Force Nationale remporte aux élections provinciales unconseiller communal et deux conseillers provinciaux, dont Juan Lemmens. Sur la vague du mécontentement de la crise institutionnelle et autour des enjeux de BHV, les créateurs de Force Nationale décident de prendre un virage régionaliste leur permettant de couper les ponts avec leur passé « Frontiste ». Ils martèlent leur orientation démocratique et leur attachement à la convention européenne desdroits de l’homme. En 2008, « Wallonie d’abord ! » est fondé. Le parti surprend en se présentant dans toutes les circonscriptions de  Wallonie, en plus de BHV et, malgré sa jeunesse, en obtenant 0.96 % aux régionales wallonnes et 0.57 % aux européennes. La tête de liste européenne n’est autre que Christian Haudegand, curé dissident vaticaniste et militant d’extrême droite depuis des décennies.Cependant, suite au manque de signatures, une liste « Bruxelles d’abord ! » ne pourra pas se présenter. En 2010, malgré le manque considérable de temps, « WaD ! » se présente dans l’ensemble de la Wallonie. Ses résultats restent minimes, ne lui permettant ni une représentation dans les assemblées ni une dotation financière. Cependant, la formation ne semble pas s’essouffler puisque le premier congrèsidéologique du parti s’est déroulé en octobre 2010.
Abordons maintenant la structure interne du parti. L’organisation repose sur un bureau politique élu tous les quatre ans au suffrage universel auquel tous les membres cotisants – l’Assemblée des Délégués - peuvent participer. Le bureau politique est constitué d’un président, de deux vice-présidents, d’un secrétaire général et d’un secrétairepolitique. Il se réunit tous les lundi à 9H30 au siège du parti qui n’est rien d’autre que la maison de Mr. Detraux, président du parti.
La ligne politique de la formation est élaborée par le bureau politique ainsi que par les congrès politiques . Ces derniers ont la faculté de s’exprimer sur les grandes lignes politiques du parti. Les points abordés étant soumis au vote de l'Assemblée. Pourintégrer les lignes du programme politique, il est nécessaire d'obtenir les deux tiers des suffrages de l'Assemblée.
2. La question du contenu idéologique et la stratégie électorale du parti :
Afin de saisir le contenu idéologique du parti en question, abordons le à travers les outils politologiques.
Sur la question Eglise/Etat. «Wallonie d’abord !» souhaite la sécularisation de la fonction...
tracking img