Partie 2 et 4 sur la sexualité féminine freud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1770 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé sur la sexualité féminine :
Partie 1:

Freud commence par rappeler dans cette partie que la bisexualité est présente aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Cependant il explique que cette bisexualité est plus accentuée chez la femme que chez l’homme.
Il explique cela par deux grandes différences entre l’homme et la femme :
Tout d’abord au niveau des zones génitalesprédominantes, il explique que l’homme n’a qu’une seule zone génitale prédominante : son organe sexuel alors que la femme en possède deux : le vagin qui pour Freud est proprement féminin et le clitoris qui «  serait plutôt analogue au membre viril »
Freud pense que la femme n’a conscience de l’existence de son vagin, c’est-à-dire de l’intériorité de son corps qu’à partir de la puberté (ce point de vue asuscité de nombreux débats, notamment avec Mélanie Klein qui pense que la petite fille a conscience de l’existence de son vagin dès sa deuxième année).
Mais donc pour Freud « l’essentiel de ce qui concerne la génitalité dans l’enfance doit se dérouler en relation avec le clitoris »
Cela entraine donc explique Freud que la vie sexuelle de la femme se divise en deux phases :
Une premièrephase à caractère essentiellement masculin.
Une seconde spécifiquement féminine
Mais Freud explique qu’une complication se rajoute car la fonction du clitoris viril se poursuit dans la vie sexuelle ultérieure de la femme de façon variable : notion floue.

Freud pose ensuite la deuxième grande différence entre la femme et l’homme dans le développement sexuel :
Cela concerne la découvertede l’objet :
Il commence par expliquer que chez l’homme, la mère est le premier objet d’amour (car c’est elle qui prodigue les soins, la nourriture, etc…) et qu’elle le reste jusqu’à ce qu’un autre objet lui soit substitué.
Pour la femme la mère est également le premier objet d’amour. Freud explique «  les conditions primordiales du choix d’objet sont naturellement les mêmes pour tous lesenfants ».
Mais à la fin du développement de la femme, l’homme-père doit être devenu le nouvel objet d’amour de la femme.
Donc au changement de sexe de la femme (passage du clitoris au vagin) doit correspondre un changement du sexe de l’objet.
Freud insiste ensuite sur la différence du complexe d’Œdipe chez l’homme et la femme.
Il réfute le complexe d’Electre qui insiste sur l’analogie entre lesdeux sexes.
Il commence par expliquer le complexe d’Œdipe chez le garçon
Freud explique qu’il y’a une simultanéité entre l’amour pour un des parents et la haine contre l’autre (considéré comme rival). : cela ne se produit que chez le petit garçon.
A la vue de l’organe féminin le garçon se rend compte de la possibilité de la castration et il transforme alors son complexe d’Œdipe car cettedécouverte l’amène à la création du surmoi. (Intériorise l’interdit)
C’est donc par intérêt génital narcissique (garder le pénis) qu’il y’a une restriction de a sexualité infantile chez le garçon. Cela aura des conséquences sur tout le développement sexuel du garçon , Freud indique «  un certain taux de mépris envers la femme reconnue comme chatrée est ce qui reste aussi chez l’homme de l’influencedu complexe de castration ». Cela a aussi des conséquences dans le choix d’objet, Freud explique que dans les cas extrême cela peut se traduire par une inhibition du choix d’objet et une « homosexualité exclusive »
Après avoir exposé les effets du complexe de castration pour l’homme, Freud expose ceux chez la femme. Ceux-ci sont « tout à faits différents » précise Freud.
Freud introduit cela enexpliquant « la femme reconnait le fait de sa castration et avec cela elle reconnait aussi la supériorité de l’homme et sa propre infériorité mais elle se révolte aussi contre cet état de choses désagréable » après avoir posé cela Freud explique que trois orientations du développement découlent de cette attitude divisée :
La femme a donc trois façons d’évoluer :
Soit se détourner d’une...
tracking img