Pascal divertissememt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1586 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PASCAL : PENSEES : FRAGMENT 168 : DIVERTISSEMENT

Introduction :
Pascal est mathématicien, philosophe du 17ème siècle (1623-1662), auteur entre autres des "Pensées" qui consistaient en une apologie de la religion chrétienne. Dans cette oeuvre fragmentée il développe une pensée pessimiste de la condition humaine afin de souligner la nécessité de se tourner vers Dieu (il était janséniste).L'extrait étudié des "Pensées" est le fragment 168, celui-ci s'attache au divertissement, c'est-à-dire à la capacité de l'homme à se détourner de l'essentiel, à s'adapter pour mieux remplir le vide de son existence. C'est à travers une démonstration rigoureuse que Pascal s'attache à révéler la faiblesse de l'être humain.

On peut se demander quelle conception du bonheur Pascal développe dans cetextrait ?

Nous examinerons tout d'abord le raisonnement rigoureux que tient Pascal sur ce qui concerne le divertissement puis analyserons le divertissement.
Texte étudié :
Quand je m'y suis mis quelquefois à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s'exposent dans la Cour, dans la guerre, d'où naissent tant de querelles, de passions, d'entrepriseshardies et souvent mauvaises, etc., j'ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.
[...]
Quelque condition qu'on se figure, où l'on assemble tous les biens qui peuvent nous appartenir, la royauté est le plus beau poste du monde. Et cependant, qu'on s'en imagine [un] accompagné de toutes les satisfactions qui peuventle toucher. S'il est sans divertissement et qu'on le laisse considérer et faire réflexion sur ce qu'il est, cette félicité languissante ne le soutiendra point. Il tombera par nécessité dans les vues qui le menacent des révoltes qui peuvent arriver et enfin de la mort et des maladies, qui sont inévitables. de sorte qu'il est sans ce qu'on appelle divertissement, le voilà malheureux et plusmalheureux que le moindre de ses sujets qui joue et qui se divertit.
[...]
Ce n'est pas cet usage mol et paisible et qui nous laisse penser à notre malheureuse condition qu'on recherche ni les dangers de la guerre ni la peine des emplois, mais c'est le tracas qui nous détourne d'y penser et nous divertit. Raison pourquoi on aime mieux la chasse que la prise.
De là vient que les hommes aiment tant lebruit et le remuement. de là vient que la prison est un supplice si horrible. de là vient que le plaisir de la solitude est une chose incompréhensible. Et c'est enfin le plus grand sujet de félicité de la condition des rois de ce qu'on essaie sans cesse à les divertir et à leur procurer toutes sortes de plaisirs. - Le roi est environné de gens qui ne pensent qu'à divertir le roi et à l'empêcher depenser à lui. Car il est malheureux, tout roi qu'il est, s'il y pense.
A [...]
B. Ainsi l'homme est si malheureux qu'il s'ennuierait même sans aucune cause d'ennui par l'état de sa complexion. Et il est si vain qu'étant de mille causes essentielles d'ennui, la moindre chose comme un billard et une balle qu'il pousse suffisent pour le divertir.
C [...]
Tel homme passe sa vie sans ennui enjouant tous les jours peu de choses. donnez-lui tous les matins l'argent qu'il peut gagner chaque jour, à la charge qu'il ne joue point, vous le rendez malheureux. On dira peut-être que c'est qu'il recherche l'amusement du jeu et non le gain. Faites-le donc jouer pour rien, il ne s'y échauffera pas et s'y ennuiera. Ce n'est donc pas l'amusement seul qu'il recherche, un amusement languissant et sanspassion l'ennuiera, il faut qu'il s'y échauffe et qu'il se pipe lui-même en s'imaginant qu'il serait heureux de gagner ce qu'il ne voudrait pas qu'on lui donnât à condition de ne point jouer, afin qu'il se forme un sujet de passion et qu'il excite sur cela son désir, sa colère, sa crainte pour l'objet qu'il s'est formé, comme les enfants qui s'effraient du visage qu'ils ont barbouillé.
d'où vient...
tracking img