Pascal et la philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé de littérature : Pascal et la Philosophie (suite à l’étude des Pensées)

Pascal, auteur du 17ème siècle, se trouve être en plus d’un scientifique, un philosophe ou du moins un passionné de philosophie. Angoissé par son époque où se passe « la crise des idées », période de remise en cause philosophique due à une absence de point fixe cosmologique et épistémologique (cf cours de philo) ilest donc compréhensible qu’il tente de remettre en cause les divers courants qui ont jusque là marqués la pensée philosophique. Un léger aperçu de sa philosophie permettra de rebondir sur le panorama philosophique que constitue les pensées puis nous verrons en quoi la pensée de Pascal ne reste pas qu’une conception du 17ème.

I- La philosophie de pascal

L'argumentation de Pascal tend àprouver que l'humain, condamné à l'erreur par sa nature déchue, ce que n'avaient pas vu les Stoïciens, mais capable aussi de la vérité par la grâce, ce que n'a pas remarqué Montaigne, doit s'humilier pour obtenir l'assistance divine, et qu'ainsi la foi est l'unique refuge où il puisse trouver une lumière pour son esprit et une règle pour sa conduite. Les Pensées ne sont que le développement de cesystème. Pascal, mettant l'homme en présence de la nature, entre l'infini et le néant, comme entre deux abîmes, le réduit à n'apercevoir que quelque apparence du milieu des choses, dans un désespoir éternel de connaître ni leur principe ni leur fin. II est vrai qu'après avoir ainsi jeté l'homme comme un atome dans l'immensité de la nature, il le proclame supérieur à l'univers par la pensée; mais c'estpour aboutir à cette triste conclusion : » s'il se vante, je l'abaisse; s'il s'abaisse, je le vante, et le contredis toujours, jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il est un monstre incompréhensible. »
- peindre l'homme en présence du monde extérieur, en lui-même, et dans la société, et, par le tableau des contradictions de sa nature, lui inspirer le désir de connaître enfin qui il est, d'où il vient, etoù il va;
La spécificité de Pascal réside dans distinction de deux natures d’homme « ange et bete «

Premier existentialiste : comment vivre, s’attache a la valeur de notre existence

II –Panorama philosophique distillé dans les pensées

a) PASCAL DESCARTES

DIFFERENCE : Contrairement à Descartes qui sépara nettement la religion de la philosophie, et qui lit bien, Pascal subordonne laphilosophie à la religion, ou plutôt à sa religion, au jansénisme : hors de là point de salut, ni de vérité inébranlable.
Ce fut sa conviction, mais aussi son tourment. Tandis que Descartes, pour avoir distingué les vérités de la raison des dogmes de la foi, pour s’être enfermé de parti pris dans le domaine de l’intelligence pure, y gagna de pouvoir se livrer, au sein d’une inaltérable quiétude,à ses méditations sur l’âme et sur Dieu, Pascal, pour avoir entrepris de prouver la révélation comme une vérité de raisonnement, vécut au milieu des angoisses :

Descartes s’appuie essentiellement sur la raison ce que Pascal nommera « l’ esprit de géométrie » afin de démontrer rationnellement l’existence de Dieu . Cette réflexion est contraire à la pensée de Pascal . Pour ce dernier l’homme nepeut qu’etre touché au cœur par l’etre Unique qui serait indémontrable rationnellement. » nous connaisons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur » fragement 101 En effet pour Pascal l’instinct prime sur la raison . C’est donc avec cet outil qu’il faut tacher de rechercher Dieu .La raison seule ne conquerra jamais le monde et ne découvrira jamais la clé de son énigme.

Ilmanque à Descartes la révélation d’un Dieu incarné , s’offrant en victime pour le salut de l’humanité. La figure de Jesus Christ premier née d’une humanité réconcilié avec Dieu et de son sacrifice sur la croix qui rachète définitivement les hommes qui le souhaite

POINT COMMUN : ( la pensée)

Dans la métaphore du roseau pensant c’est l’homme d’apres Descartes qui est décrit. Il réprend...
tracking img