Passage entre le reve et la réalité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1220 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Roma, 20 gennaio 2011

Le passage entre le rêve et la réalité : une question de vie ou de mort

Qui ne s’est jamais perdu dans ses pensées et dans des rêves éveillés, où les aspects de la réalité durs à affronter ne sont plus, où ce qui n’arrive pas dans notre vraie vie arrive enfin, où tout se déroule selon nos critères et nos désirs ?

« Le rêve est la preuve qu’imaginer, rêver ce quin’a pas été, est l’un des plus profond besoin de l’homme. Là est la raison du perfide danger qui se cache dans le rêve. Si le rêve n’était pas beau on pourrait vite l’oublier. Mais Tereza revenait sans cesse à ses rêves, elle se les répétait, elle en faisait des légendes […]. [Les rêves de Tereza] c’est son vertige : elle entend un appel très doux (presque joyeux) à renoncer au destin et à l’âme. »in Kundera, L’insoutenable légèreté de l’être.

On ne peut éviter le rêve semble-t-il. Mais la véritable question est : peut-on éviter la réalité ?
Nous pourrions comparer les attitudes de deux personnages cinématographiques qui me semblent mettre en lumière cet aspect de notre humanité. Ils « mettent en lumière » un aspect sombre, non pas en l’éclairant, mais en montrant à quel point il estsombre !

Il s’agit, pour le premier personnage, de Cypher dans Matrix 1, le traître, celui qui préfère à la vraie (et dure) vie une vie de confort et de plaisir, quitte à choisir consciemment de vivre dans le fictif, dans le leurre. Il veut retourner dans "The Matrix", dans une vie selon ses rêves et ses aspirations. Aspirations décevantes d’ailleurs, on aurait attendu qu’il résiste au moins untout petit peu, qu’il vive un petit combat intérieur, mais non… Peu importe cependant, l’argument est valable même si la bassesse du personnage inspire répugnance plutôt qu’identification. Il incarne cet aspect de notre nature qui tend à penser qu’il faut tout sacrifier à notre bonheur, et que le bonheur est la satisfaction de nos envies, que bonheur rime avec confort, bien-être, plaisir,richesse, absence de contraintes…
Pour en profiter jusqu’au bout, sans mauvaise conscience peut-être, mais surtout sans que son plaisir soit atténué par le fait de savoir qu’il est fictif, Cypher demande à Smith de tout oublier, de ne pas être conscient qu’il est dans le programme Matrix, de vivre paisiblement et innocemment cette tromperie monumentale. « L’ignorance est un bien », c’est ce qu’ildéclare à l’agent Smith. Volontairement il refuse la réalité et choisit de vivre dans l’auto-tromperie. Comme dirait Sartre, il est de « mauvaise foi », il refuse d’assumer ses responsabilités, d’assumer les contraintes de la vraie vie qui lui pèsent, d’assumer ce qu’il sait, d’assumer les devoirs moraux qui découlent de ce savoir, et il préfère se tromper lui-même.
Se tromper soi-même, être à la foisle trompeur et le trompé : paradoxal et impossible ? Pas tellement, pas dans le cas de Cypher : il lui suffit de demander de ne se souvenir de rien, ainsi le Cypher-avant-amnésie trompe le Cypher-post-amnésie.
Mais cette fuite dans le rêve termine en aporie : Cypher ne pourra pas vérifier qu’il sera toujours en vie, qu’il ne se sera pas fait avoir, qu’il aura été effectivement réinséré dans "TheMatrix". "Il" ne sera plus là pour le vérifier, puisqu’il n’y aura plus le lien de la mémoire entre celui qu’il est et celui qu’il sera. Le Cypher qu’il est meurt, disparaît, en même temps que la mémoire ; et un autre, qui s’appellera peut-être autrement, commencera une toute autre vie.

Dans Matrix donc, le passage de la réalité au rêve, c’est la mort. Quitter la réalité c’est la mort. Etd’ailleurs entrer dans la réalité c’est naître : le passage de Neo de la fiction au monde réel ressemble à une naissance, avec les mêmes aspects douloureux et angoissants. Dans Matrix et dans toute notre tradition philosophique : ce que Platon décrit dans le mythe de la caverne, c’est un passage qui ne va pas de soi mais qui va vers la vie. Cypher, en choisissant le chemin inverse, va vers la mort....
tracking img