Pater noster

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2680 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Joual
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Joualle.
Le Joual est un sociolecte de langue française issu de la culture populaire québécoise urbaine de la région de Montréal.[1] Depuis que le joual a obtenu une certaine forme de reconnaissance sociale au cours de la 2e moitié du XXe siècle grâce à certains auteurs etartistes québécois, le terme prend chez certains auteurs une valeur identitaire pour désigner toute forme du français québécois parlée au Québec ou dans les autres provinces du Canada. Par contre, les francophones de l'extérieur de Montréal récusent le terme joual pour qualifier leur patrimoine linguistique[2] et certaines personnes réservent le terme « joual » pour la variété basilectale dufrançais québécois parlé à Montréal.
Sommaire[masquer] * 1 Description * 2 Historique * 3 Aujourd'hui * 4 Controverse * 5 Le joual comme créole * 6 Le créole comme joual * 7 Sacres * 8 Lexique * 9 Notes et références * 10 Voir aussi * 10.1 Articles connexes * 10.2 Liens externes |
Description [modifier]
Comme partout ailleurs dans le monde où le français estla langue maternelle de la population, il existe au Québec deux formes de langue distinctes : le français écrit, le français dit « international », et le français oral, qui est le français québécois proprement dit, plus ou moins marqué selon l'appartenance culturelle et sociale des locuteurs. Le joual en est une variété basilectale ce qui fait que le joual en comporte les mêmes caractéristiques.Le joual montre des particularismes phonologiques, lexicaux et morphosyntaxiques proches de différents parlers de la France au Nord de Bordeaux et à l'ouest de Paris, caractérisés entre autres par le a postérieur (un /a/ prononcé [ʌ] ou [ɔ] en fin de mot, et phonétiquement distinct du /ɑ/ mais sonnant identique au /ɔ/ de reste de mot) ainsi que par la diphtongaison (ex. : fête prononcé /faɛt/). Desprononciations comme /mwe/ pour "moi" ou /artuʀne/ pour "retourner", des locutions conjonctives comme à cause que pour "parce que", ou des expressions comme ramasseux d'sous pour "avare" du français québécois.
Ces particularités s'expliquent par des raisons historiques, les Québécois d'aujourd'hui étant les descendants de colons français arrivés dans le Nouveau Monde pendant l'Ancien Régime,apportant avec eux la koinè urbaine de Paris qui était la langue véhiculaire des voyageurs du XVIIe siècle.[3]
Le vocabulaire joual emprunte beaucoup à l'anglais au niveau lexical. Ces emprunts et calques de l'anglais sont expliqués par la proximité et les échanges entre les populations anglophone et francophone de Montréal au cours de son histoire.[réf. nécessaire]
C'est cette dernièrecaractéristique qui est le plus associée au joual quand celui-ci désigne le français québécois basilectal parlé dans l'est de Montréal. Quand on compare le basilecte de Montréal avec les basilectes de l'extérieur de Montréal (comme, par exemple, le magoua de Trois-Rivières), on constate que de nombreux anglicismes montréalais sont inconnus ailleurs au Québec ou que les locuteurs ailleurs au Québec en ont uneconnaissance passive qu'ils ont assimilé à la télévision ou au cinéma[réf. nécessaire]. Comme partout dans le monde, les expressions diffèrent d'une région à l'autre.
Le joual est un dialecte essentiellement oral et ne possède pas de norme d'écriture bien établie.
Historique [modifier]
On trouve le terme «joual» dans les années 1930 et quelque fois antérieurement un peu partout au Canadafrancophone. Le mot désigne alors avec dérision les locuteurs qui utiliseraient le mot «joual» au lieu de «cheval», par manque de scolarité, par tradition ou par goût. C'est l'explication qu'avança André Laurendeau, alors éditeur en chef du quotidien Le Devoir, au nom de baptême du parler québécois des années soixante.
Après des décennies d'autodépréciation où la majorité de la population avait le...
tracking img