Patinoire angers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1204 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Angers, le 17 avril 2010.

Monsieur Antonini,

Né à Angers il y a 28 ans, l‘année de l‘inauguration de la patinoire du haras. J’ai toujours été très fier d’être Angevin, de ma ville où il fait bon vivre. Toujours jusqu’au vendredi 9 avril peu avant 20h30. Pourquoi cette honte soudaine me demanderez-vous? Tout simplement en observant en direct le spectacle pitoyable que ma ville allaitprésenter sur l’une des plus grandes chaîne sportive française à une heure de grande écoute. La scène aurait pu être drôle si elle n’avait pas eu cette valeur de vitrine du dynamisme de ma ville sur une grande chaîne. Quelle image en effet! Celle d’une patinoire trop petite pour accueillir l’ensemble des supporters de l’équipe des ducs, vétuste et totalement inadaptée au spectacle de haut niveauproposé. Le plus beau symbole de ce profond décalage entre le lieu et l’importance de l’évènement était sans doute la « tribune de presse » réservée aux commentateurs de Sport+. Messieurs Baillou et Pourtanel n’ont pas dû avoir souvent à s’encastrer dans un échafaudage pour commenter un match, cela au raz de la glace, sans aucune protection. Je n’ose imaginer les conséquences qu’aurait eu un palet sortantde l’aire de jeu en direction des deux commentateurs.
Cette honte est monté d’un cran lorsque le jeu fut interrompu au beau milieu du troisième tiers, lorsqu’ un pan de plexiglas rendit l’âme sur une démonstration de joie d’un joueur angevin ramenant son équipe poussée par son public en liesses. Une pause qui eu au moins le mérite de permettre de faire du ménage dans tout ce qui tombe enlambeaux autour de la glace du Haras, un panneau publicitaire ayant décidé de quitter le théâtre d’un aussi triste spectacle que celui des deux arbitres principaux du match tentant de redresser les montants du plexiglas fatigué. Madame la maire de Rouen, présente au haras, a dû être bien surprise, ça n’est pas dans la patinoire de sa ville que cela arriverait.
Je passerai rapidement sur l’excellenteffet d’un public scandant « une nouvelle patinoire, une nouvelle patinoire… » sur une grande chaîne câblée pour l’image d’une ville.
Le paroxysme de la honte qui m’a gagné ce vendredi soir a été atteint le lendemain matin, en regardant le rediffusion du match de la veille. Mes craintes ressenties dans le public la veille étaient vérifiées, et même bien au-delà. Je fréquente la patinoire et lesmatchs de hockey depuis plus de 20 ans. Je me suis habitué à cette glace de mauvaise qualité car surexploitée, aux tracées des lignes devenues invisibles avec le temps, à l’éclairage incertain et inégal dont se plaignent souvent les gardiens de but. Je n’avais pas pensé au rendu à l’image déplorable qu’aurait une infrastructure aussi vieillissante. Les commentaires sur la taille, la vétusté de notrepatinoire revenaient sans cesse aux micros des deux consultants de sport +. Visiblement gênés de devoir présenter une image aussi archaïque du hockey français, pourtant dans une phase de structuration qui porte ses fruits depuis plusieurs années. Les techniciens de la chaîne ne pourraient être mis en cause, l’extrême qualité des images proposées lors du match 5 disputé à Rouen le prouve. Quand ilspeuvent travailler dans de bonnes conditions, ils font un travail excellent.
A la vue de ces images, je me suis senti gêné d’appartenir à cette ville capable de présenter ce visage. Angers n’a pas toujours la chance d’être cité pendant deux fois deux heures à un horaire de forte audience. Quand on regarde ces images et que l’on écoute les commentaires, se dit que c’est peut-être mieux. Je penseque tous gens qui aiment leur ville ont été gêné en voyant cela.
Ces images m’ont écœuré. Voir un spectacle qui vous passionne ainsi dévalorisé, c’est dur. D’autant plus pour un supporter angevin, qui rêve du titre de son club de toujours depuis des années. Ce même supporter qui en vient à se dire qu’il vaudrait mieux qu’il ne voit pas son équipe de cœur gagner la coupe. Que cette remise de...
tracking img