Paul et virginie role de la nature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1920 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelle est le rôle de la nature dans le roman Paul et Virginie de Bernardin de Saint Pierre ?
Le roman Paul et Virginie de Bernardin de Saint Pierre se passe au cœur de la nature. Ce roman, écrit dans le XVIIIe siècle, ne prête a aucun mouvements littéraires de son temps ; Les Lumières. Néanmoins son écriture annonce l’apparition du romantisme, où l’écrivain exalte la communion avec la nature.L’histoire de Paul et Virginie nous mène a une l’île, jadis nommée île de France. La nature a joue un rôle primordiale dans ce texte car c’est celle-ci qui a rejoint les deux protagonistes et c’est également celle-ci qui va les séparer. La nature peut même être considéré comme un personnage qui existe sous trois formes principales ; une nature exotique, une nature comme support et une naturedestructrice. Ces trois facettes sont sur lesquelles nous discuterons pour enfin arriver à une réponse à cette question : Quelle est le rôle de la nature dans ce roman ?

En premier lieu, nous découvrirons l’exotisme de cette île. Encore une fois, nous y verrons deux aspects de l’ile : l’utopisme et l’état sauvage. L’utopisme nous permet de voir a quelle point la beauté de la nature est puissantecar elle exerce une certaine influence sur les protagonistes. De plus, l’état sauvage de cet endroit peut être retrouvé dans le caractère de Paul et de Virginie. Grâce à ceux-là, nous découvrons nos personnages.
Premièrement, Bernardin de Saint Pierre use divers procédés littéraires pour accentuer la beauté de l’ile. Celui-ci nous donne l’illusion d’une ile paradisiaque à travers la descriptionde la nature qu’il nous fait part. Son choix de mots est très raffiné et précis. Dans le roman, nous trouvons une pléthore d’adjectifs qualificatifs, tels que « paisible, bon, belles, doux », et des adjectifs de couleur, tels que « verts, brun, rouge ». Ces adjectifs sont utilisé pour accompagner les noms communs du champ lexical de la nature : « les rochers, les eaux, les arbres, les fleurs,l’air, les oiseaux ». Cela aide aux lecteurs à visualiser la scène que Bernardin de Saint Pierre décrit. Notons aussi que son choix de verbes est très méticuleux. Il décrit avec des verbes tels que « rayonnaient, attirés, orné, flottaient, aimait ». Bernardin de Saint Pierre fait de nombreuses comparaisons pour mieux illustrer l’exotisme, par exemple il dit que « les fleurs sont presque semblables acelles de la giroflée rouge » et aussi, « des lianes semblables a des draperies flottantes ». De plus, l’utilisation fréquente de phrases complexes pour la description montre que le narrateur est ébahi par la vue et qu’il se laisse facilement entrainer dans le courant de la description que nous pouvons démontrer par la citation suivante :
« Sur les flans bruns et humides rayonnaient en étoilesvertes et noires en large capillaires, et flottaient au gré des vents des touffes de scolopendres suspendues comme de longs rubans d’un vert pourpré. »
Toute cette description n’est pas sans raison. Nous remarquons que nos deux protagonistes sont imprégnés de cette nature si parfaite car les deux partagent une enfance et une amitié sans obstacles tels que la jalousie. Ils « s’amusaient avec transportde leurs jeux, de leurs appétits, et de leurs amours. »
Deuxièmement, nous voyons la nature a l’état brut. Il n’y a aucune technologie, aucune civilisation. Sur cette ile, il n’y avait « ni horloges, ni almanachs, ni livres de chronologie, d’histoire, et de philosophie. » Tous les événements se réglaient d’après la nature. « Ils connaissaient les heures du jour par l’ombre des arbres ; lessaisons, par le temps ou ils donnent leur fleurs ou leurs fruits ; et les années, par le nombre de leurs récoltes. » Le fait que Paul et Virginie habitent dans un monde qui tourne autour de la nature, ils ne sont pas encore touchés par les maux de la société. Ils sont aussi purs et innocent que la nature qui les entoure, comme Bernardin de Saint Pierre a écrit « Aucun souci n’avait ridé leurs...
tracking img