Paul klee

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
endredi 22 juillet 2005 5 22 /07 /2005 00:00
Paul Klee - Chemin principal et chemins secondaires - 1929
Paul Klee - Chemin principal et chemins secondaires

Cette œuvre de Paul Klee est réalisée en 1929, à Weimar en Allemagne.
Le titre en est Hauptwege-und Nebenwege, ce qui peut se traduire par Chemin principal et chemins secondaires ou encore Route principale et routes secondaires.C’est une huile sur toile de 83 x 67 cm.
Le tableau est aujourd’hui conservé à Cologne, au Wallraf-Richartz und Ludwig Museum

Historique de l’oeuvre

Genèse de l’œuvre

L’orient a une place principale dans la conception de ce tableau et dans l’œuvre générale de l’artiste. Il réalise cette toile à la suite de son voyage en Egypte en1928.
C’est le deuxième voyage que Paul Klee entreprenddans l’orient mythique des peintres. Il avait déjà effectué un premier voyage en Tunisie avec Macke et Moilliet, qui lui révèle les couleurs, la lumière méridionale et qui l’aident à trouver la voie de la peinture ; c’est là qu’il acquiert la certitude d’être enfin devenu peintre (aux portes de Kairouan, le 16 avril 1914)

A partir de ce premier voyage, c’est le début des peintures-tapis :les tableaux de paysages de maisons deviennent des tapis dans un aplatissement des plans et juxtaposition des taches de couleurs formant comme une tapisserie orientale et ancienne.


La musique également occupe toujours une place importante dans sa vie même si au moment de la réalisation de cette œuvre son statut de peintre ne peut plus être remis en cause. Par ailleurs, l’année 1929 estmarquée par le refus de la philosophie rationalisante qui règne à l’école du Bauhaus de la part de Klee, et la promotion optimale du monde de l’imaginaire.
Jusque là, l’artiste a fait la connaissance de nombreux courants et groupes artistiques. Les plus significatifs pour le tableau que nous allons étudier, seraient les cubistes comme Le Fauconnier, Delaunay, Braque ou Picasso. Les tableauxtapis ont une certaine esthétique de déconstruction par leur division du paysage en carrés colorés. Paul Klee connaît et admire aussi déjà à l’époque Cézanne. Mais il faudrait aussi s’intéresser pour le fond du tableau à l’influence de peintres plus «fantastiques » comme Blake ou Goya et pourquoi pas voir dans la construction «quadrillée » du tableau une réminiscence de la Section d’or de laRenaissance.


Analyse de l'œuvre

Deux points de vue

On peut considérer deux points de vue généraux pour une première lecture du tableau : de haut comme si on survolait la scène à la manière d’un paysage aérien, avec une sensation limitée d’omniscience dans le chemin à parcourir ;ou un point de vue frontal si on l’appréhende comme une tapisserie. La toile est travaillée à partir derectangles de couleurs déterminés par un quadrillage de cerne noir justement à la manière d’une tapisserie ou de vitraux.
Le tableau ainsi divisé, semble suggérer une voie principale et régulière quasiment au centre de la composition s’enfonçant dans un paysage de terre cultivée. Pourtant le sujet est traité à la limite de la lisibilité et on retrouve bien ici l’économie de détails souhaitéepar Klee dans ses écrits pour faire plus facilement le lien entre la réalité représentée et l’interprétation sensible qu’en a fait le peintre.

Musicalité

Chaque centimètre est travaillé comme une topographie précise. Le système pictural d’alliance entre les couleurs/tonalités et la grille formée par les lignes plus ou moins droites, fonctionne comme un plan orthonormé où chaquecombinaison d’une couleur avec un rectangle précis indique un point du paysage.
De plus, parsemées sur le tableau, on observe des sortes de petites taches qui ressemblent à des résidus ou bien qui peuvent être interprétées comme des points de repères. On peut faire le rapprochement avec le système des grilles musicales, où les tons de valeurs rythmiques différentes (noire, blanche, croche etc.…)...
tracking img