Pays de malheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1591 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Expo : Pays de malheur !
Mise en page :
Le livre étudié s’intitule « Pays de malheur ! », écrit par Stéphane Beaud et Younes Amrani, qui a été publié dans l’édition La Découverte en 2004

Auteur :
Sociologue enseignant à l’université de Nantes, Stéphane Beaud auteur de « 80% au bac … et après ? », écrit une œuvre originale «  Pays de malheur ! » avec Younes Amrani. Né en 1958, c’est unSociologue spécialiste dans les questions sur la jeunesse. Il a principalement travaillé à partir d’enquêtes de terrain, sur les transformations du monde ouvrier et la scolarité des enfants d’immigrés.
Younes Amrani est un jeune français d’origine marocaine qui a grandi dans une banlieue lyonnaise. Âgé de 28 ans, il a un emploi-jeune dans une bibliothèque municipale. Younes Amrani est unpseudonyme. En effet il prend une fausse identité car il évoque des aspects très personnels de sa vie.

Introduction :
Il faut savoir que Pays de Malheur! N’aurai pu exister sans «  80% au bac… et après?  ». En effet, c’est suite à la lecture de cet ouvrage qui analysait les raisons pour lesquelles un jeune immigrés issue de cité avait du mal à réussir ses études scolaires que Younes Amrani décided’écrire à Stéphane Beaud afin de le remercier d’avoir écrit un livre dans lesquels il se reconnaissait et qui lui a permis de comprendre certaine chose de son passé. A ce moment là, il ne se doutait pas que ce mail, allait aboutir à une longue correspondance qui durera plus d’un an et qui deviendra un livre. C’est un témoignage fait par un jeune de banlieue qui raconte sa vie mais passeulement, il raconte (en racontant sa vie) celles des autres jeunes de banlieue.
Par conséquent la problématique principale de l’œuvre semble être la suivante : Quelle est la situation des enfants d'immigrés ayant grandi en banlieue ? Quelle en sont les répercussions sur leur projet d’avenir et ici en particulier celle de Younes ?

1min25

Méthode :
Cet ouvrage est un document brut pour lequelil est important de préciser l’originalité. C’est une compilation de correspondance par mail entre Stéphane Beaud et Younes Amrani dans lequel Le langage employé est accessible et compréhensible par tous.
Les e-mails ont permis un dialogue à distance entre deux personnes physiquement loin l’une de l’autre et d’avoir une communication pratiquement en temps réel. De plus, ce texte aborde unproblème d’actualité persistant qui dure depuis plusieurs années ( ce qui rend ce texte d’autant plus intéressant).
Dans ce texte on a une relation inégalitaire dans le dialogue. En effet Stéphane Beaud n’a qu’un rôle d’observateur, d’encadreur et de « relanceur » alors que Younes, lui, écrit sur le « vif » son récit de vie en étant néanmoins guidé par Beaud. Semi directif a kestion ouverte

But :Le but de Younes est de comprendre pourquoi et comment le fait d’habiter dans une banlieue en étant un enfant d’émigrer pouvait influencer sur son parcours scolaire. Il nous montre que les jeunes de cités ont aussi des sentiments et que parfois certains comportements violent reflètent se manque de compréhension. Pour Stéphane Beaud, cet échange lui permettra alors d'analyser et de comprendre lavie que peuvent avoir les enfants d’immigrés dans les cités. C’est une occasion de pouvoir poser des questions sur des choses qu’il ne pouvait pas poser aux autres enquêtés (notamment sur des sujets sensibles, comme la famille ou la drogue…).
Younes témoigne pour aider les autres à comprendre leur parcours mais surtout pour comprendre son propre parcours et pour pouvoir l’analyser à l’aide d’unsociologue spécialisé dans ce sujet. Tout deux désirent, par le biais de cet ouvrage, casser les stéréotypes, cliché, stigmates et préjugés sur les jeunes de cités divulgués par les médias aux autres groupes sociaux. Ils veulent aussi pouvoir combattre les visions réductrices de ces jeunes de cité et surtout je cite : « …faire entendre, dans sa complexité, une « parole » que l’on n’entend...
tracking img