Paysans et politique en france (1848 - 1914)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1573 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Longtemps réduits au silence par les sociétés d'ordres, les paysans français reçoivent et acquièrent progressivement le goût de la politique et le droit d'exprimer leur volonté dans la France contemporaine.
Les paysans se définissent traditionnellement comme ceux qui travaillent la terre, révélant ainsi une influence particulière sur les paysages.
Mais quelle est véritablement leur placedans la vie politique? Jouent-ils un rôle majeur dans son élaboration et dans sa pratique ?
Nous verrons d'abord que les paysans peuvent être considérés comme une entité politique active. Nous évoquerons ensuite le point de vue selon lequel les paysans seraient apolitiques, incapables de s'intéresser à la politique et de l'appliquer. Nous verrons enfin qu'une identité politique cohérente semblepourtant se dégager de l'attitude des paysans de 1848 à 1914.

Tout d'abord, les ruraux représentent, au XIXème et au début du XXème siècle, la majorité de la population française. 60% au moins des habitants du pays se trouvent en effet être des ruraux entre 1848 et 1914. Or, les paysans occupent une grande place dans les campagnes et sont eux-mêmes la population majoritaire parmi les ruraux.Ils ont donc un grand poids démographique dans la France contemporaine.
Ce poids démographique est également politique puisque le suffrage universel instauré par la deuxième république leur confère, pour la première fois, un pouvoir politique réel, que ce pouvoir soit national ou local (communes, élections des conseillers municipaux...). On peut d'ailleurs noter que l'attitude politique des paysansne correspond pas forcément à ce que les dirigeants peuvent attendre d'eux. Il en est un exemple de l'élection de Louis Napoléon Bonaparte.

Les paysans peuvent d'ailleurs contribuer largement aux changements de régime, voire même en être responsables. Ils approuvent en effet le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte lors du plébiscite de 1852.., se montrant ainsi partisans d'un retour àl'empire. Ils semblent donc réduire eux-mêmes, volontairement, leur propre liberté. La loi électorale du 31 mai 1850, qui impose d'être domicilié depuis 3 ans dans la même commune pour pouvoir voter, privant ainsi du droit de vote un grand nombre de paysans habitués à compléter leurs revenus par des travaux de manufacture nécessitant souvent des migrations, illustre cette constatation. Mais lespaysans n'adoptent pas toujours une attitude conservatrice : selon certaines thèses, le mécontentement politique dû à la crise agricole de 1846-1847 serait en grande partie à l'origine de la révolution de 1848.

Les paysans font donc preuve d'une capacité à affirmer leur volonté politique et à s'opposer, y compris par la violence. Les modes d'expression de cette violence sont variés. Ils peuventprendre la forme de luttes entre familles pour obtenir des terres, d'agressions des contrôleurs fiscaux lorsque l'impôt est jugé trop élevé, ou encore des gendarmes pour affirmer des revendications politiques. Ces manifestations sont souvent qualifiées de «jacqueries».
Mais cette violence politique peut également se traduire par la création de syndicats (tels que la Société Nationale d'Encouragement à l' Agriculture et l' Union Centrale des Syndicats Agricoles, pour les propriétaires) et de mouvements coopératifs (par exemple, les «Gueux du Midi ») pour les paysans plus pauvres. Ces embryons de syndicats nés de la récente liberté d'association permettront aux paysans de faire pression sur les gouvernements pour imposer leurs volonté politique. Clémenceau finira, par exemple, par prendredes mesures protectionnistes demandées par une majorité de paysans pour faire face à la concurrence internationale. Ces mouvements sont souvent de tendance socialiste. Marx considère d'ailleurs les paysans comme faisant partie du prolétariat et devant donc se constituer une identité politique unie aux ouvriers et aux artisans, afin de récupérer le pouvoir confisqué par la grande bourgeoisie,...
tracking img