Peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (839 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La peine de mort sous l'Ancien Régime
Avant 1791, il existait en France suivant les époques une multitude de modalités d'application de la peine capitale, selon le crime et la condition du condamné,les fous, les femmes enceintes et les enfants de moins de 16 ans ne pouvaient être exécutés.

la décapitation à l'épée (ou la hache) qui était réservée aux nobles
la pendaison pour les meurtriersle bûcher pour les hérétiques, les sodomites et les incendiaires
le démembrement du pénis pour tous les violeurs
la roue pour les brigands et pour les crimes violents, les membres du condamnésont brisés puis il est achevé par strangulation (la durée avant l'étranglement est déterminée selon la gravité du crime : après quelques coups pour un vol à main armée, après plusieurs heures pour unassassinat (affaire Jean Calas). Pour les crimes les moins graves, on étranglait l'homme avant de le fracasser.
l'huile bouillante : pour les faux monnayeurs
l'écartèlement : pour les parricides,dans la pratique, il n'est utilisé que pour les régicides (le Roi étant le père de la Nation)

Adoption de la guillotine
Le premier débat officiel sur la peine de mort en France date du 30 mai1791, avec la présentation d'un projet de loi visant à l'abolir. Son rapporteur, Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau est soutenu notamment par Maximilien de Robespierre. Cependant, l'Assembléenationale constituante, promulgue une loi le 6 octobre 1791 refusant d'abolir la peine de mort. C'est également avec cette loi qu'est uniformisée la méthode d'exécution. Selon l'article 3 du Code pénal de1791, qui classe la peine de mort parmi les peines afflictives et infamantes, « Tout condamné [à mort] aura la tête tranchée ». Cette célèbre phrase restera dans le Code pénal français jusqu'àl'abolition, en 1981.

L'usage de la guillotine est alors généralisé pour toute mise à mort de civils. Seuls, les militaires font exception à la règle : ils pourront être fusillés par peloton d'exécution...
tracking img