Penser librement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (875 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 novembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Penser librement

Au sens large, la pensée est une activité psychique, consciente dans son ensemble, qui recouvre les processus par lesquels sont élaborés, en réponse aux perceptions venues dessens, des images, des sensations, des concepts que l'être humain associe pour apprendre, créer et agir.
C'est aussi, une représentation psychique, un ensemble d'idées propres à un individu ou à ungroupe, une façon de juger, une opinion (façon de penser), un trait de caractère (avoir une pensée rigoureuse), etc.
Souvent associée au célèbre cogito ergo sum de Descartes, la notion de pensée est aussiun héritage de l'Antiquité, philosophie antique grecque et romaine, et traditions judéochrétiennes.
Penser vient du bas latin «pensare» (en latin classique : peser, juger) , fréquentatif du verbe «pendere » : peser.

En philosophie, en sociologie, en droit et en politique, la liberté est une notion majeure : elle marque l'aptitude des individus à exercer leur volonté avec — selonl'orientation politique des discours tenus — la mise en avant de nuances dont chacune n'épuise pas le sens intégral :
• formulation négative : où l'on pointe l'absence de soumission, de servitude, de contrainte,qu'elles soient exercées par d'autres individus (comme pour l'esclavage), ou par la société (c'est-à-dire par la Loi).
• formulation positive : où l'on affirme l'autonomie et la spontanéité du sujetrationnel ; les comportements humains volontaires se fondent sur la liberté et sont qualifiés de libres.
• formulation relative : différents adages font ressortir l'équilibre à trouver dans unealternative, visant notamment à rendre la liberté compatible avec des principes de philosophie politique tels que l'égalité et la justice. Ainsi : La « liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuitpas à autrui » (art. 4 de la Déclaration des droits de l'homme), ce qui implique la possibilité de « faire tout ce qui n'est point interdit, comme ne pas faire ce qui n'est point obligatoire »...