Penser ne suffit pas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1984 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aube d’Arthur Rimbaud - commentaire
Le poème du 24
samedi 24 janvier 2009, par Claire Mélanie [pic][pic][pic]
Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::

Pour le poème du 24, un poème en prose d’Arthur Rimbaud issu des Illuminations, Aube. Nous esquisserons quelques pistes d’analyse en essayant de montrer en quoi ce poème en prose s’apparente bien à une illumination. Encore une fois, c’estune analyse toute personnelle que nous vous proposons et qui effleure seulement la richesse du texte sans forcément se soumettre à la rigueur d’un vrai commentaire de texte.

Sommaire
• Le poème
• Présentation
• Pistes pour un commentaire
• Conclusion
 Le poème
Aube
J’ai embrassé l’aube d’été.
Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombre nequittaient pas la route du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.
La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.
Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.
Alors je levai un à un lesvoiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq. A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.
En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.
Auréveil il était midi.
 Présentation
Arthur Rimbaud (1854-1891) appartient à ces trajectoires poétiques dans lesquelles la vie de l’auteur fait lire avec émotion et interrogations ses textes. Entré en poésie très jeune et sorti de poésie très jeune (on donne toujours l’âge de 21 ans), Arthur Rimbaud, poète maudit (et maudissant) a laissé un ensemble de poésies dont la plupart s’organisent en troistemps principaux : Poésies, Une Saison en Enfer et Illuminations.
Le terme "illumination" possède au moins un sens concret et un sens figuré.
Il renvoie d’abord au fait d’éclairer, pour ce sens les dictionnaires le Littré et de l’Académie française donne l’exemple suivant : "L’illumination de la Terre par le Soleil".
Le sens figuré du terme renvoie tout d’abord au vocabulaire religieux pourdésigner la révélation de Dieu à un individu, la lumière qu’il répand dans l’âme d’une personne.
Le sens figuré renvoie également à l’idée d’une inspiration soudaine.
Mentionnons encore que le terme désigne également certain type d’enluminures, car ce n’est pas sans pertinence pour d’autre poèmes des Illuminations.
Pourquoi commencer par ce jeu de définitions ? L’on peut supposer qu’un titre a unsens et vient éclairer les textes tout comme les textes éclairent le titre. Par ailleurs, des études ont formulé l’hypothèse que certains poèmes de Rimbaud se construiraient pour une part sur un jeu autour de la polysémie d’un mot.
A travers une approche linéaire, nous nous demanderons en quoi ce poème est bien "Illumination" et nous nous interrogerons sur la nature de cette illumination.
 Pistespour un commentaire
Le titre du poème inscrit d’emblée le texte dans un temps de l’entre-temps, entre la nuit et le jour, mais évoque également l’idée d’un réveil, quelque chose qui commence.
Nous verrons comment l’hésitation tout comme l’expérimentation du monde travaille le texte.
Le "je poétique" est dès l’orée intégré à ce processus de levé du jour. Le "je" commence le poème et introduitune relation physique, charnelle à l’aube ainsi personnifiée.
Polysémie de cette phrase lancée :
[pic] embrasser l’aube d’été peut signifier, et cela s’inscrit bien dans la suite du texte qui présente le "je" comme un marcheur, être au moment de l’aube dans la nature et lui ouvrir les bras au sens propre, l’accueillir.
[pic] c’est aussi faire de l’Aube une femme que l’on salue d’un baiser,...
tracking img