Penser, c'est dire non

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2795 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Penser, c'est dire non. » Partagez-vous ce jugement d'Alain ?

Définitions

penser : Exercer une activité proprement intellectuelle ou rationnelle; juger;
exercer son esprit sur la matière de la connaissance; unir des représentations
dans une conscience.
dire : Affirmer, soutenir, tenir pour vrai.
jugement : Le jugement de réalité (ou d'existence) est un jugement porté surles faits. Il s'oppose au jugement de valeur, qui est une appréciation
subjective sur la valeur d'un objet, d'une action. Le jugement synthétique,
d'après Kant, correspond au jugement de réalité, par opposition au jugement
analytique, qui correspond aux propositions tautologiques de la logique (par
exemple: un triangle a trois angles). JUGEMENT ESTHETIQUE : Acte de l'espritpar lequel nous déterminons si une chose est belle ou laide.
alain : Éviter les préjugés, se méfier des opinions communes et des idées
toutes faites: tel est le message d'Alain. Pour cela, il faut travailler en
prise directe sur le monde humain tel que nous le voyons et non à partir d'un
système théorique éloigné de la réalité.

I. Analyse du sujet. Concepts. Remarques deméthode

• Devant ce sujet, que faire ? Il faut, tout d'abord, cerner la signification du
terme «penser»: penser, c'est appliquer l'activité de son esprit aux éléments de
la connaissance ; c'est exercer, avec justesse, une activité consciente, de
manière à élucider le sens des choses et du réel.
Il est nécessaire, d'autre part, d'approfondir l'expression « dire non » et,
au-delà du « non » desimple rejet (celui de l'enfant, par exemple, qui,
néanmoins, ne doit pas être sous-estimé), de discerner un « non », dont la
fonction est éminemment critique, un « non » très proche de la « négativité »,
un « non » qui forme et crée la pensée et s'identifie à elle.
• Partagez-vous ce jugement d'Alain ? Notez bien que cette question implique une
prise de position personnelle.
• Quel planchoisir ? Le plan dialectique semble parfaitement adapté au sujet.
Nous vous le conseillons ici, de préférence au plan progressif, moins adapté à
cet intitulé :
— Thèse : le jugement d'Alain semble véridique (pensée et travail du « non » se
confondent).
— Antithèse : mais le travail du négatif peut aboutir à la dissolution
sceptique.
— Synthèse : penser, c'est dire oui à travers lenon.

II. Bibliographie

Alain
Définitions, in Les arts et les dieux, p. 1078, Pléiade.

Gilles Deleuze
Nietzsche et la philosophie, p. 201 sq, PUF (réservé aux courageux).

Descartes
Première Méditation, in Méditations métaphysiques, diverses éditions de poche (à
lire et étudier soigneusement).

Hegel
Morceaux choisis, vol. 1, p. 121 sq, Idées-NRF.

III. Dissertation

1°Introduction

• Qu'est-ce, tout d'abord, que penser ? Il faut prendre, ici, ce verbe en sa
signification la plus haute et la plus forte. Il désigne le fait d'appliquer
l'activité de son esprit aux éléments fournis par la connaissance, d'exercer,
avec justesse, une activité consciente et réfléchie. Il y a, dans cet acte de
penser, une idée d'application attentive, de concentration de l'activitémentale
: penser représente, non point une manifestation et un exercice passifs, mais un
travail authentique, un effort et une tâche.
Que signifie, maintenant, « dire non » ? « Dire non », c'est nier ou rejeter une
proposition ou un rapport. Cette expression peut être prise soit concrètement,
soit abstraitement : au sens strict et littéral, « dire non », c'est émettre et
exprimer, parla parole, une réponse négative, c'est nier et refuser. Ainsi
l'enfant manifeste-t-il, verbalement, un refus (souvent par goût même du refus).
Mais «dire non» peut posséder, également, une signification abstraite,
signification qui paraît centrale dans le jugement d'Alain proposé à notre
étude. Il s'agit alors du pouvoir abstrait de négation, de la capacité humaine
de refuser, de ne...
tracking img