Pensez-vous que la lecture des fables et des contes ne présente d'intérêt que pour les enfants ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (998 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION sur :

Pensez-vous que la lecture des fables et des contes ne présente d'intérêt que pour les enfants ?

INTRODUCTION (moins d’une page)

- L’amorce et la contextualisation dusujet
- La présentation du sujet
- La formulation de la problématique
- L’annonce du plan

PLAN :

I) L’apologue est un genre littéraire bien adapté à un jeune publique... (À intégrer sous formede phrase complète)

Il repose sur un récit qui accroche le jeune lecteur : haut en couleur, au rythme nerveux, surprenant le lecteur dans la chute...
La fantaisie et le merveilleux des conteset de fables sont aussi propres à séduire un public d’enfants car ils ouvrent sur l’imaginaire : les personnages comme les fées des contes, le bestiaire des fables de La Fontaine attirent. Dès letitre, l’auditeur des fables de La Fontaine est émoustillé «  Le Rat et l’Huître« , association inattendue, «  La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf » la prétention est grotesque, « LeChat, La Belette et le petit Lapin« , trio inédit! On retrouve aussi dans les contes de Perrault des titres qui interpellent, pleins de promesses comme « Le Chat botté ».
Enfin, derrière ces récitsse cache une intention pédagogique. L’apologue instruit et le récit permet d’attirer et de rendre concret et vivant le contenu didactique. « Une morale nue apporte de l’ennui », ainsi Jean de laFontaine défendait le récit dans ses fables. Les fables comme les contes instruisent sur la réalité de la vie, sur les dangers des séducteurs dans «  Le petit chaperon rouge » sur l’importance decertaines qualités humaines qui sont un véritable laisser - passer dans la société : ainsi dans «  Les fées » de Charles Perrault, la cadette, mal aime par sa mère est celle qui réussit sa vie, les diamantset les perles précieuses qui sortent de sa bouche sont une métaphore de son « honnêteté » au sens du XVII ème siècle, c’est-à-dire de ses qualités de coeur et de politesse, leçon explicitée dans les...
tracking img