Percy jackson tome 4: la bataille du labyrinthe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 432 (107966 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1 JE ME BATS CONTRE DES P O M - P O M GIRLS J e n'avais vraiment aucune envie de faire exploser une école de plus pendant les grandes vacances. Il n'empêche qu'en ce lundi matin de la première
semaine de juin, j'étais dans la voiture de ma mère, devant le collège Goode, sur la 81e rue. Goode : un grand bâtiment de pierre qui domine l'East River. Plusieurs BM et autres voitures de marquesprestigieuses étaient garées près de l'entrée. J'ai regardé le majestueux porche de grès brun en me demandant combien de temps je tiendrais avant de me faire renvoyer. - Détends-toi, m'a dit ma mère, qui n'avait pas l'air détendue du tout. Ce n'est qu'une visite d'orientation. Et n'oublie pas que c'est l'école de Paul, mon chéri. Alors essaie de ne pas... enfin, tu vois. - La démolir ? -Oui. PaulBlofis, le copain de ma mère, se tenait sur le pas de la porte pour accueillir les futurs élèves de troisième. Avec ses cheveux poivre et sel, son jean et son blouson de cuir, il me faisait penser à un acteur de télévision, mais c'était juste un prof d'anglais. Il était arrivé à convaincre le collège de me prendre en classe de troisième, bien que je me sois fait systématiquement renvoyer de toutes lesécoles où j'étais allé. J'avais essayé de lui expliquer que c'était une mauvaise idée ; il n'avait rien voulu entendre. Je me suis tourné vers maman. - Tu lui as pas dit la vérité sur moi, j'espère ? Elle a tambouriné sur le volant du bout des doigts. Elle s'était mise sur son trente et un pour un entretien de boulot : sa jolie robe bleue et des talons hauts. -J'ai pensé qu'il valait mieux attendre,a-t-elle reconnu. - Pour ne pas le faire fuir. - J e suis sûre que l'orientation va bien se passer, Percy. Ce n'est qu'une matinée.

- Super, ai-je grommelé. Je vais pouvoir me faire virer avant de commencer l'année scolaire. - Sois positif. Demain, tu pars à la colonie ! Après l'orientation, tu as ton rendez-vous galant... - Galant ! N'importe quoi ! ai-je protesté. C'est juste Annabeth,m'man ! - Elle fait toute la trotte depuis la colonie pour te voir. - Ouais, bon. - Vous allez au ciné. - Ouais. - Rien que tous les deux. - Ma-man !! Elle a écarté les mains pour dire qu'elle abandonnait la partie, mais je voyais bien qu'elle se retenait de rire. -Tu devrais y aller, mon chéri, a-t-elle dit alors. Tu me raconteras ce soir. Au moment où j'allais sortir de la voiture, j'ai jeté un coupd'œil vers le perron de l'école. Paul Blofis souhaitait la bienvenue à une fille en tee-shirt bordeaux et jean élimé, couvert de traits de marqueur. Elle avait les cheveux roux et frisés. Lorsqu'elle a tourné la tête, j'ai entrevu son visage et ça m'a donné la chair de poule. - Percy, qu'est-ce qui se passe ? a demandé maman. - Rien rien, ai-je bafouillé. Tu sais pas s'il y a une autre entrée ? -Un peu plus loin sur la droite, pourquoi ? - À ce soir, alors. Ma mère allait ajouter quelque chose, mais je suis sorti de la voiture et j'ai filé comme une flèche, en espérant que la fille aux cheveux roux ne me verrait pas. Qu'est-ce qu'elle fabriquait ici ? Même moi, je ne pouvais pas avoir une poisse pareille. Justement si, et pire encore, comme je n'allais pas tarder à le découvrir. Mon idéeétait de faire une entrée discrète, mais j'ai dû y renoncer : deux pom-pom girls en uniforme blanc et violet étaient embusquées devant l'entrée latérale pour coincer les nouveaux. - Salut ! m'ont-elles lancé avec un grand sourire, et je me suis dit que c'était la première et sans doute dernière fois que des pom-pom girls me faisaient un accueil aussi chaleureux. L'une était blonde aux yeux bleumétallique. L'autre afroaméricaine, avec des cheveux noirs frisés dignes de Méduse et croyez-moi, je sais de quoi je parle. Elles avaient toutes les deux leur nom brodé sur leur uniforme, mais dyslexique comme je le suis, j'avais l'impression d'essayer de lire des spaghettis. - Bienvenue à Goode, a dit la blonde. Tu vas a-do-rer ! Elle m'a toisé de la tête aux pieds, d'un regard qui signifiait...
tracking img