Perec

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1115 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
W, ou le souvenir d'enfance - Ch 2 - Perec

I. Les apparences d’un projet autobiographique classique

Jusqu'à ma douzième année

à quatre ans… à six

A treize ans

Plus tard

Il y a sept ans, un soir

plus tard

vers treize ans

entre septembre 1969 et août 1970

Aujourd'hui, quatre ans plus tard


Nombreuses indications temporelles

On observe celles, chronologiques, del’enfance

Et celles d’un temps plus récent lié à la génèse de l’oeuvre


Variété des références qui propose une chronologie complexe de la démarche autobiographique dans une sorte de dialectique passé/présent
Je n'ai pas de souvenir d'enfance. Jusqu'à ma douzième année à peu près
j'ai perdu mon père …
j'ai passé la guerre…
m’ adoptèrent.
Cette absence d'histoire m'a longtemps rassuré… me protégeaient… etc.


Première personne omniprésente

Soit autobiographe, soit personnage


Dualité je « narrant » je « narré »

diverses pensions de Villers-de-Lans à Venise


Toponymes précis


Là encore conforme à la présentation du projet

mon histoire (1, 5, 6, 6, 26) + elle


Récurrence du GN adj poss 1°pers + histoire repris par pronom


C’est bien le sujetde l’autobiographie.

j'ai perdu mon père à quatre ans, ma mère à six ; j'ai passé la guerre dans diverses pensions de Villers-de-Lans. En 1945, la sœur de mon père et son mari m adoptèrent.


Passé composé : renvoie à un passé révolu

+ évènements marquants d’une vie : mort parents – pension – guerre - adoption


L’enfance résumée en trois propositions. Bref mais conforme à un débutd’autobio…

je me souvins

Je retrouvai plus tard

le chemin que j'ai parcouru, le cheminement de mon histoire et l'histoire de mon cheminement.


Champ lexical de la quête du passé


Démarche autobio.

II. Un projet original

Je n'ai pas de souvenir d'enfance (1, 8)

Cette absence d'histoire


Expressions paradoxales pour débuter une autobiographie


Laisse supposer uneproblématique originale

mon histoire tient en quelques lignes :…


Renforcement du paradoxe


Après la négation de la première phrase qu’est-ce donc que « mon histoire » ?

mon histoire tient en quelques lignes :


Antithèse mon histoire (une vie=longueur) /quelques lignes (très court)


Eclaircissement : il y a une difficulter à raconter (faire des lignes)

J’ai perdu –guerre – m’adoptèrent


Mots clefs d’un destin tragique donnés sur un ton neutre


La difficulté d’écrire s’explique

Paragraphe 1

Paragraphes 2 et 3

Lignes 12 à 26


Récit « expédié » de l’enfance

Discours explicatif

Retour du récit mais centré autour du projet W


Structure éclairante :

de l’impossibilité de raconter
le pourquoi
le récit de substitution(génèse)

Mon histoire

L’Histoire avec sa grande hache

Une histoire


Evolution des déterminants en relation avec les trois parties précédentes


mon histoire personnelle doulheureuse et indicible
l’Histoire et la guerre qui empêche le souvenir
une histoire ni la première ni la seconde : de substitution

W ne ressemble pas plus à mon fantasme olympique que cefantasme olympique ne ressemblait à mon enfance.


Chiasme éloquent


Présente W comme un moyen intermédiaire de raconter : on pense au titre : W, ou le souvenir d’enfance. Relation alternative et confondue à la fois.

j'inventai

je réinventai

fantasme


CL de l’imaginaire


Décalage par rapport à la démarche autobio.

Tout ce que j’en savais tient en moins de deux lignes : lavie d’une société exclusivement préoccupée de sport, sur un îlot de la Terre de Feu.



Echo de la ligne 1 « mon histoire tient en quelques lignes »


Confirme la substitution de l’un à l’autre

ce lent déchiffrement


Périphrase pour W


W est bien une tentative de dire et de comprendre

dans le réseau qu'ils tissent comme dans la lecture que j'en fais, je sais que se...
tracking img