Performances et installations chez joseph beuys

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2229 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
JOSEPH BEUYS
Performances, Actions, Installations

«Le monde est plein d'énigmes, mais c'est l'homme qui est la solution de ces énigmes »

Joseph Beuys, est un artiste majeur du XX ème siècle extrêmement productif : de 1947, date de son entrée à l’Académie de Düsseldorf à 1986, date de sa mort, il réalise 70 actions, une cinquantaine d’installations et plus de130 expositions. Développantson œuvre à contre courant de l’art traditionnel, il choisit sa voie propre à travers des modes d’expression spécifiques, dynamiques et spectaculaires, exprimant le sentiment que l’art est indissociable de la vie. Beuys a essayé de transformer, de remodeler la notion d’art en lui donnant une portée profondément humaniste et spirituelle ; il a tenté de révolutionner notre monde au moyen d’uneconception personnelle, restée incompréhensible et choquante pour la plupart de ses contemporains. Sa conception d’un « champ élargi de l’art » en prise direct avec la matière et la réalité se traduit par des modes particuliers de création, performances, actions et installations qui deviennent autant d’outils de questionnement et de recherches sur les énigmes de l’homme, de la société et du mondecontemporain.

Les Actions et performances

La pratique de l’art comme « Action » est au cœur du travail artistique de Joseph Beuys. Le concept  d’action  constitue à l’époque une véritable révolution dans le monde de l’art en à laquelle Beuys, se montre vite très sensible. Pour lui, l’acte, l’art en action est en effet plus important et plus significatif que l’œuvre d’art. L’artiste ydevient acteur, montant un scénario semi dirigée semi improvisé souvent de façon provocante devant une assemblée souvent stupéfiée. Il génère également un mouvement auquel l’artiste n’est pas seul à participer, mais qui nécessite l’implication et l’engagement d’autres hommes, qui construise avec lui le sens de son œuvre.

Beuys aborde cette pratique de l’art à partir de 1962, avec sonentrée dans le groupe Fluxus[1], mouvement néo-dadaïste, du début des années soixante. L’objectif de Fluxus est de parvenir à une coexistence harmonieuse entre l’art et la vie, par l’intermédiaire de la pratique d’actions. S’il se dégage finalement du groupe pour donner corps à sa propre voie, plusieurs éléments développé par cette avant –garde font écho à sa propre recherche: l’interdisciplinarité dugroupe, l’idée d’un décloisonnement des arts et la nature improvisée des pièces. Beuys qui s’élève contre la notion de « Beaux- Arts », telle qu’elle est instituée, trop axée sur la seule recherche esthétique, trouve dans le discours novateur de Fluxus une voie ouvrant les portes d’un autre horizon artistique.

Parmi les actions et performances les plus notables de Beuys, on peut retenir Wieman dem toten Hasen die Bilder erklärt  (1965), Eurasia (1966), Titus/Iphigénie  (1969) Celtic  (1971), I Like America and America likes me (1974) ou encore 7000 chênes. Les actions et performances de Beuys se caractérisent par la mise en scène d’éléments récurrents animaux (lièvre, coyote, abeilles,) et/ou de matières telles que le feutre, la graisse, le miel ou le cuivre…. Dès sa premièreperformance, en 1963[2], avec Fluxus, il introduit la figure du lièvre mort, dont ici il arrache le cœur. La violence et la provocation du geste choquent. Beuys s’explique en ces termes ::

«Je veux exprimer une relation signifiante pleine de contenu s concernant la naissance et la mort, la conversion en matière, du lièvre qui apparaît ici réellement, pour la première fois dans ce concert. Cela n’a riena voir avec ces action néo dada pour effrayer le bourgeois ».

On peut sans doute voir dans ce geste un rappel du rituel des sacrifices ancestraux, que Beuys, figure chamanique se réapproprie et réactive. La façade de provocation de certaines des performances de Beuys ne doit en effet pas éclipser l’essentiel. Ses actes ont pour fonction de susciter chez le spectateur des «contre –images»,...
tracking img